s’appelle liberté

S’APPELLE LIBERTE

 

Sur le bord du chemin elle est restée en rade

En espérant demain un avenir nouveau

Sur les ruines d’un temps qui la rendent malade

Elle traîne parfois un étrange fardeau.

 

Nous l’avons vu, debout, sur une barricade

En tenant dans sa main un superbe drapeau

Perdant quelques amis dans sa folle escapade

Lorsque le sang coulait au fond du caniveau.

 

Elle a couru longtemps sur de petites routes

En oubliant aussi quelques uns de ses doutes

Quand fleurissait un soir une inégalité.

 

Le voilà, son combat, son rêve et sa bataille

En lettre d’or, son nom, sur le mur se détaille

Il est sur nos frontons, s’appelle Liberté.

 

jc blondel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.