Un Poème de Boris Pasternak.

 

Un poème de Boris Pasternak.

.

« L’incessant clapotis

Dans le défilé sombre,

Les pins dans le taillis

Et la table dans l’ombre.

.

Sur la viande et le pain

L’haleine des cascades

Assourdit le jardin

De ses fraîches aubades.

.

Sur le chachlik aussi

Par la vapeur grisée,

Elle s’éboule ainsi

Qu’une flamme inversée.

.

Quand la faille bruit

Et de son eau se vide,

La chandelle pâlit, –

Tant cet air est humide.

.

Telle qu’un fil noué,

La fontaine pleurniche

Et son bruit est cloué

Aux rochers en corniche. »

.

Boris Pasternak. 1936. Traduit du russe.

Boris Pasternak (1890-1960).

3 réponses sur “Un Poème de Boris Pasternak.”

  1. 4Z2A84 dit :

    On est presque en droit de se demander si, en russe, c’est aussi bien.

  2. Éclaircie dit :

    Merci pour cette découverte.
    Je me demande comment un traducteur parvient à nous offrir en français, un poème régulier et rimé quand celui-ci a été écrit dans une autre langue.
    Belle fluidité dans ce regard sur « la fontaine ».

  3. 4Z2A84 dit :

    A propos de cette traduction : sans doute s’agit-il d’une « belle infidèle ».
    La veuve de Jorge Luis Borges a fait tout un procès aux traducteurs français de son époux – notamment à Ibarra lequel reste (à mon sentiment car je ne suis pas hispanisant) un admirable adaptateur des poèmes de Borges. Qu’importe s’il s’éloigne un peu du texte original si j’ai un immense plaisir à le lire dans ma langue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.