Les cordes et le funambule

Les bohémiens s’enfuient poursuivis par leur ombre.

Pour jongler quelques étoiles oubliées faisaient l’affaire.

La danseuse en tutu recoud sa chevelure.
Les animaux savants désapprennent la discipline

Et le clown jette son nez rouge au fond du puits.

Ne restent sur les bancs que quelques enfants tristes

Des orphelins dont les godillots bâillent.

Ils réinventent un spectacle

Dans leur tête rasée

Sous leurs yeux fermés retournés à l’état sauvage

Leurs yeux munis de longues pattes d’araignée.

…Moi le funambule je suis de retour

Et j’écris sur la lune

Le nom de ceux que l’oubli me dispute.

.

L’escalier a déserté sa cage

Mais pas un oiseau n’a voulu venir y nicher

Grande colonne vide

Inutile où même le temps ne sait plus

Le sens de ses tourments

Les cordes vocales se nouent

Pour tenter de rejoindre la musique

Escalader les parois lisses

Atteindre le point du jour

Et maçonner ce pont franchissant tous les oublis

.

Les géants rassemblés font trois fois ma hauteur

Certains sont assis, d’autres, non

Ils tiennent dans leurs mains des instruments curieux

Plus grands que moi, des brillants, des dodus

Des noirs secs comme un coup de trique

Il y en a un qui semble planté dans le sol

Tous ces géants regardent leur chef

À un moment précis, les instruments  s’éveillent

S’animent, emplissent  l’espace

L’air sent bon la musique

C’est mon premier concert

J’ai six ans et je découvre Mozart

.

4Z2A84 glissait les yeux fermés

Eclaircie ouvrait la cage de l’oiseau

Heliomel se souvenait de ses premières cordes

Elisa avait perdu son ticket d’entrée au cirque des poètes

À la semaine prochaine!

 

4 commentaires sur “Les cordes et le funambule”

  1. Éclaircie dit :

    Un pont de Mozart à la Lune. je sais qu’elle conserve toutes nos partitions.

  2. heliomel dit :

    un escalier sans cage, c’est un oiseau sans ailes, bien triste, heureusement,les jongleurs sont là.

  3. Elisa-R dit :

    Vous avez été (une nouvelle fois) formidables. Je repars avec, en tête, des images particulières.

  4. 4Z2A84 dit :

    On va de surprise en surprise. Quoi de surprenant ? Les poètes savent aussi être des saltimbanques doués pour rendre aux enfants qui croient l’avoir perdu leur sourire.

Répondre à 4Z2A84 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.