Buffet d’hiver et confiture d’orange

On se trouve souvent où l’on ne s’attend pas
Dans le buffet dont la porte grince
Quand on l’allège de ses confitures
Quelqu’un nous voit quelqu’un crie au voleur
Avec notre voix
Cette main qui nous gifle c’est la nôtre
Cet adulte qui nous tance nous ressemble
Pour nous punir on nous met en pot
Et parmi les conserves nous attendons
Qu’un autre chenapan ouvre la porte
La porte au si gracieux grincement
.
Le hasard déambule dans les cours désertées
Où le bruit de ses pas résonne et s’amplifie
Un oiseau sur l’épaule il s’enracinerait
Si le vent ne l’avait contraint d’errer encore
À chercher quelque toile aux reflets d’un étang
Quand un galet ricoche et finit par sombrer
Nul ne connait d’avance le chant de son sursaut
On déchire le voile façonné par le gel
Ses lambeaux porteront au seuil de la mémoire
Des signes incertains comme fruits du hasard
.
Au revers de chaque regard un rêve attend
Quand les yeux se ferment, il nous aborde
Impression de déjà vu
Et si c’était le contraire ?
.
Il y a bal sans parquet
Les éventails brassent du vide
Ou alors un peu de neige
Qui tombe des cristaux éteints
.
Dans le jardin d’hiver
Un lion grelotte
Je ne peux plus parler
Lui ne peut plus griffer
.
Terrasses, margelles, gloriettes
Sont éclairées par un singe
Qui tient des flambeaux à l’envers
J’aimerais graver ton nom sur les vitres de l’orangerie
.
La traversée semble soudain prendre fin
Les côtes, les lumières, le bruit des foules
Chacun soupire se disant que finalement
Ce voyage fut plus facile que prévu
C’est le petit mousse qui remarque le sifflement
Les visages graves semblent taillés dans la cire
Tant les couleurs en sont absentes
Le roulis tendre des vagues s’accentue sensiblement
Tandis que la nuit déplie sa couverture de nuages
L’enfant appuie sur l’interrupteur en baîllant
Cette vieille télévision de plein air a fait son temps
.
Les plans de l’armoire ont été dessinés par Eclaircie, Héliomel, 4Z et moi-même.

6 replies on “Buffet d’hiver et confiture d’orange”

  1. Elisa-R dit :

    Vous vous réveillerez, émerveillés par la splendeur du paysage. Vous penserez, en dégustant la première boisson chaude du matin, que rien n’est plus beau. Puis, vous viendrez lire ces mots …

  2. Éclaircie dit :

    je viens de finir mon thé, noir, et sur l’écran je traverse l’hiver ou un rêve, par hasard ? Pas vraiment, je savais le buffet bien garni. Je laisse le pot de confiture entrouvert pour les gourmands qui me suivront.
    Il ne fait jamais froid chez nous.

  3. 4Z2A84 dit :

    Merveilleuse suite de poèmes ! De quoi perdre la tête…pour la retrouver acclimatant l’irrationnel aux décors changeants qu’elle construit autour d’elle pour se désennuyer ou par caprice ou inspirée par le hasard.

  4. Heliomel dit :

    c’est vrai, on s’éveille, on regarde par la fenêtre et on s’aperçoit que les maisons ont pris de l’embonpoint. À elles aussi, les fêtes sont fatales! Ouvrez le buffet, jetez quelques écorces d’orange sur la neige, un vrai tableau.

  5. Josy dit :

    non il ne fait pas froid ici
    c est pourquoi je déguste vos confitures
    de myrtilles et de rêves

    j ai la bouche barbouillée de tous vos mots sucrés
    et une orange dans chaque yeux..

  6. Éclaircie dit :

    Josy, gourmande, ravie de te trouver à la porte du buffet magique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.