L’eau l’heure et le jour

L’eau l’heure et le jour

Ont toutes licences

Hantés par l’amour

Ils troublent les sens

 

Et si l’on pardonne

Aux fées leurs erreurs

N’être plus personne

Agrandit mon cœur

 

Je vous aimais bien

Qui me le reproche

Le vent sait combien

Nos fronts furent proches

 

Quels yeux quel regard

Pour défier le monde

On me criait gare

Mais la terre est ronde

 

Mais l’herbe est sonore

Le torrent trop bref

Le teint se colore

Sans un couvre-chef

 

Si tu vagabondes

Rien ne sera plus

Pareil sur les ondes

Le diable évolue

 

Les trains les distances

La grange où l’on dort

Le drakkar qui danse

Et d’autres décors

 

Passent par ma tête

Je ne retiens rien

L’âne qui s’entête

Finit galérien

 

Les efforts de l’arbre

Pour s’acclimater

Transforment en marbre

Ce roi des étés

 

Si je reste en rade

A me tourmenter

L’oiseau vert s’évade

Et je suis sauvé

 

 

 

 

 

4 replies on “L’eau l’heure et le jour”

  1. 4Z2A84 dit :

    La respiration de l’ineffable.

  2. Éclaircie dit :

    Un souffle régulier, mélancolique et tendre qui embrasse le monde.

  3. Elisa-R dit :

    Bel oiseau vert !

  4. 4Z2A84 dit :

    Le vert est la couleur du ciel. D’un ciel aux poumons jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.