A la table des vents

Autour de la table trop de fantômes
Qu’il faut nourrir
Auxquels il faut accorder de l’importance
Réserver les meilleures places.
En portraits dans leur cadre
Ils en sont descendus
Pendant que nous dormions
Les oubliant chaque nuit davantage
Alors ils apparurent – réapparurent –
A l’heure des repas
Des spectres poussés par la faim
Et ils se bâfrèrent de tous les plats
– Mais au moment de débarrasser la table
De nettoyer de faire la vaisselle et de la ranger
A ce moment crucial : plus personne !
..
Un hérisson sur l’estomac
Une montagne bleue décide de s’étendre
Le temps d’avaler quelques cols de boire à la source
Elle s’endort paisible sur les livres d’hier
Il évoquera la rouille charmante des feuilles de novembre
Tu chercheras sous la pile tout l’or des paroles
Et nous nous changerons en ouvrières du sourire
Qui grattent les flancs des géantes
Pour ouvrir les portes du ciel
.
Le vent amoureux fou de la cime du peuplier
D’une danse lascive lui offre sa passion
La musique que l’on entend
Au plus profond du sommeil
Émane de la sève creusant le sol
Laissant les feuilles vagabondes
S’adonner au plaisir de partir
Là-bas
Où la couleur dans un reflet de lune les invite
Flamboyantes
À se fondre au nuage
Pour leurs noces avec le souffle
.
—Il y a loin de Pharsale au lac Stymphale
Que fais-tu de tes journées ?

—Je suis vendeur dans une oisellerie.

—Et quel est ton rêve?

—Être oiseau ou alors réparateur d’œufs cassés

Si je vole très haut, je serai peintre de trous noirs

—Il parait que là-bas le temps s’écoule plus vite

Et qu’il est des batailles où la mort est aisée

Le destin se déclare, et nous venons d’entendre
Ce qu’il a résolu du beau-père et du gendre
Quand les dieux étonnés semblaient se partager
Pharsale a décidé ce qu’ils n’osaient juger
(Corneille)

Les invités d’Eole sont Héliomel, Eclaircie, 4Z et moi-même.

9 replies on “A la table des vents”

  1. Éclaircie dit :

    Serait-ce les fantômes des Dieux pris par les vents au sommet des montagnes ?

  2. Elisa-R dit :

    Ou de grands rêveurs assoupis juste avant la vaisselle. J’aime bien la tonalité de ce vendredi.

  3. Fauchon dit :

    Il paraît que certains oiseaux, les hirondelles, je crois, volent en dormant.
    Ici on ne dort pas en lisant, on danse avec le vent.

  4. 4Z2A84 dit :

    Fameux !

  5. 4Z2A84 dit :

    Ici les poèmes sont très différents. Chacun possède sa propre lumière, sa propre tonalité, son climat bien à lui, ses réserves en images, son tonneau des Danaïdes,
    son hamac entre la cime de deux peupliers chargés de repeindre l’azur. Et cela sous le regard des Ouvrières du Sourire !

  6. 4Z2A84 dit :

    Une chauve-souris qui s’endormirait en vol perdrait-elle sa perruque ?

  7. Elisa-R dit :

    Assurément !

  8. Heliomel dit :

    Les chauves souris n’ont pas besoin de perruques, elles ont leurs ailes, voyons!

  9. Heliomel dit :

    ou alors: les chauves souris n’ont pas besoin de perruches…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.