Canapé des hauteurs

Poème à cinq voix
.
Des cercles décorent l’herbe
Les prés sont liminaires
Le vent couche les pierres
Comme des amulettes
.
Le violon cède à l’oliphant
Caprice d’évents contre les cordes
La croix celtique est enceinte
Stonehenge est étonnée
.
Au paradis des orages brûlés
Les ruisseaux font la loi
Les élans du cœur y boivent
Des bonds dans la poitrine
.
Il y a tant de cauchemars
Je voudrais des nuits fériées
Où les rêves seraient interdits
Sous peine d’ostracisme
.
La lune se voile pour le grand jour
Coquette libertine, elle retire ses bretelles
Les colibris posés sur des chapeaux d’organza
Frétillent à la vue des sirènes
Toute une effervescence s’installe sous le vieux porche
Hannetons et cloportes jouent encore à la belote
Leurs femmes emperruquées les poursuivent
Outrées qu’ils ne soient pas encore dans leur tenue d’officier
La reine des mandragores déambule dans son cabinet noir
Ecrasant de ses doigts quelques braises encore rouges
Elle rage de n’avoir trouvé un hérisson
Pour lui tenir ses gants lors de son explosion
Enfin l’aube se lève les stores vénitiens filent à l’anglaise
Un arbre ou deux s’esquivent , le laissant apparaître
Et comme les enfants je crie un deux trois soleil!
.
L’oignon est pris de vertige au quarantième étage
Lui qui ne savait que remonter le temps
Le voilà entrainé dans une descente de petits fours
Pour accompagner le thé des géants herbivores
Ceux que l’on a privés de toboggan
Au prétexte que l’ivresse de la vitesse
Ne parvenait jamais jusqu’à leur crâne
Et que l’engin était boudé des enfants
Les nurses devaient leur servir de monture
De cerceaux ou de trottinette loin des messieurs à chapeaux
Dans le parc au pied du gratte-ciel chatouilleux
Alors que les ascenseurs se lamentent d’être déserts
.
La sauce épicée
Danse le tango
Avec huit bouchées de canard à la pékinoise
Sous une pluie de crêpes jambon-fromage
L’amour tourmente la quiche lorraine
Que le hachis parmentier trompe
Avec un nougat glacé
Dont les cent queues de crevettes tropicales cuites
Chantent les mérites
Dans nos campagnes fleuries
Où maints pavés de saumon argentés du Pacifique
Se déplacent à dos de merlu blanc
Excités par des écrasées de pommes de terre à l’huile d’olive
A peine sorties du théâtre.
.
Depuis le bouillon d’yeux hagards et séduisants
Jusqu’aux pantoufles d’hiver de nos grands prédateurs
On peut voir le vieux lapin rouge sur les pistes de saison
Sautillant de chausses en trappe un panier sur la tête
Mieux vaut être endormi qu’éveillé pour le suivre
Il arpente les troncs à la façon des chenilles
Ne craint ni les becs ni les lèvres même sulfureuses
Qui s’opposent à son chant d’orfèvre noir des étangs
C’était ainsi hier dans un futur envisagé
Ce sera demain l’heure du loir ou du divin krill
Nageant dans les baignoires de pierre de vos longues soirées

Ont participé :
4Z2A84
Eclaircie
Elisa-R
Héliomel
Téquila

7 replies on “Canapé des hauteurs”

  1. 4Z2A84 dit :

    Souvenir…souvenir…que me veux-tu ?

  2. 4Z2A84 dit :

    Un poème de Paul Verlaine :

    Paul VERLAINE (1844-1896)

    « Nevermore

    Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L’automne
    Faisait voler la grive à travers l’air atone,
    Et le soleil dardait un rayon monotone
    Sur le bois jaunissant où la bise détone.

    Nous étions seul à seule et marchions en rêvant,
    Elle et moi, les cheveux et la pensée au vent.
    Soudain, tournant vers moi son regard émouvant
     » Quel fut ton plus beau jour?  » fit sa voix d’or vivant,

    Sa voix douce et sonore, au frais timbre angélique.
    Un sourire discret lui donna la réplique,
    Et je baisai sa main blanche, dévotement.

    – Ah ! les premières fleurs, qu’elles sont parfumées !
    Et qu’il bruit avec un murmure charmant
    Le premier oui qui sort de lèvres bien-aimées ! »

    VERLAINE « Poèmes Saturniens »

  3. Elisa-R dit :

    Quelle belle initiative ! Avec Verlaine en plus, que pourrait-on souhaiter d’autre?

  4. Éclaircie dit :

    Comme une balancelle qui entraîne le regard au delà du réel.
    Pas une semaine (ou presque) où l’on ne puisse découvrir de nouveaux horizons, ou d’anciens à revisiter avec le même étonnement heureux.

    Et merci pour « Nevermore » dont j’aime particulièrement
    « Elle et moi, les cheveux et la pensée au vent. »

  5. Josy dit :

    Je m’incline sur l’oiseau endormi.
    Je vis dans un port
    où de là je t’aime.
    Tes paroles ondoient
    comme des étoiles sur la mer,
    quand l’ivresse des algues se collent sur mon front.
    Tu me prends comme la vague sur le sable,
    et mes reins de sel courbent l’infini..
    Tu éveilles le doux corail ..
    ses profondeurs..
    ses mystères..
    au delà des pastels
    et de la nuit silencieuse..
    Entre les draps d’abysse bleu nuit,
    le commencement du monde éclot,
    entre tes lèvres et les miennes
    en de longs gémissements de tendresses
    d’anémones de mer..
    et la complainte du sanglot.

    *******************************

    un ptit écrit « spontané »
    comme ça!
    pour rien
    juste une envie
    sans prétention..
    Josy avec un clin d ‘oeil..

  6. Éclaircie dit :

    Merci Josy de prendre place sur ce canapé et de évoquer amour et tendresse

  7. Elisa-R dit :

    Oui, merci Josy pour cet « écrit spontané » qui est le bienvenu, comme son auteur(e).

Répondre à Elisa-R Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.