Château de sel

 

.

Un château doré comme une orange bâille

A s’en défaire des poux jolis qui l’égayent

Heureusement une mer seule et triste vient hanter ses remparts

Alors dansent les pays alentours et le ciel

Aucune nuit ne vient plus troubler le calme

Des oiseaux bleus planant au-dessus des nuages

Les vagues vont et viennent entre les branches et les feuilles

Offrant aux grands arbres rouges une voix mélodieuse

.

Les nuages s’en vont privés de friandises

Leur ombre touche terre elle a ses habitudes

Et nous notre souci se laisse disperser

Par le vent dont un seul soupir ourle la vague

On entend le soleil éclater dès qu’il frôle

Du bout des doigts la mer où ses feux s’alimentent

Couché nul ne retient le monde en s’y collant

Bouche à bouche et la nuit profite des marées

Recherchant dans le sel un sel beaucoup plus rare

Celui pour lequel l’eau brûle ses calories

Le sang devenu blanc à force de rinçages

La couleur du plafond quand l’œuf céleste frit

.

C’est le parfum de chaque  mois qui rythme les saisons

Chaque époque porte en elle des richesses cachées

Heures de fruits, de fleurs,  de vents mouillés noisette

Fragiles parce que fugaces, furtives, volatiles

 .

Je suis le chercheur  d’heures

Avide de retrouver les coffres débordants

Des aubes incertaines aux moments changeants

Des  crépuscules alanguis aux instants subtils

 .

Quand la nuit s’avance en robe de feutre

Que le lit devient tapis de confidences

Je crains juste les heures au goût d’insomnie

Ces sentinelles aux yeux toujours ouverts

 .

Si ce jour tout juste vécu vous semble très exactement

Le même que celui d’hier, alors vous avez perdu du temps

Il fallait regarder ce minuscule ressort porté par une hirondelle

Tous deux donnent du mouvement et de la voix aux nuages

.

On tire les cartes et la chevillette

De ce château dont les murs ondulent

Au moindre chuchotement des fondations

Bien trop fragiles pour asseoir une quelconque renommée

Où les greniers renferment des rats bien gras

Des rats des champs

Qui se sont perdus dans le dédale des escaliers

Regrettant déjà leurs terriers douillets

Les lustres frissonnent et la lumière tremble

Comme l’aïeul qu’une brise renverserait

S’il n’était devenu fantôme

.

Par Elisa, Héliomel, 4Z2A84 et moi.

 

7 réponses sur “Château de sel”

  1. Elisa-R dit :

    Incroyable !

  2. Fauchon dit :

    on ne fait pas sang blanc dans ce château ou les lustres frissonnent entre des vagues perdues parmi les ombres.

  3. 4Z2A84 dit :

    Les nuages s’invitent dans des châteaux dont les greniers abritent aussi des vagues. Laissons au chercheur d’heures le soin de débrouiller de telles énigmes.
    Bel ouvrage dans lequel sable et sel s’épousent.

  4. Éclaircie dit :

    J’ai pris le temps de visiter ce château, par un temps hors du temps, il ne manque pas de sel sous le soleil qui éclate. Un beau moment.

  5. josy01 dit :

    j ai tout aimé
    et pardon de le dire
    mais ceci j ai adoré

    « Si ce jour tout juste vécu vous semble très exactement

    Le même que celui d’hier, alors vous avez perdu du temps

    Il fallait regarder ce minuscule ressort porté par une hirondelle

    Tous deux donnent du mouvement et de la voix aux nuages »

    .

  6. josy01 dit :

    **

    **

    Avec les agapanthes,
    les roses trémières,
    les cris de solitude,
    tes bras de cristal qui ouvre la poésie..
    du rond que fait le lotus bleu sur le lac..
    je me pâme de tes vers o Poète
    et mes yeux hébétés piquent du poivre de tes plaines,
    du rose de ton sable
    ton berceau de fissures,
    et tes fantômes bleus..

    **

    **

    bizz

  7. Éclaircie dit :

    Bienvenue au « château », josy, ne t’excuse pas de préférer une pièce en particulier de cette grande bâtisse.
    Tu nous offres un bien beau cadeau à placer dans une salle de notre édifice.
    Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.