Le masque du poisson

.

Prenez  rosée froide ou tiède

Ajoutez cendre et chaux

Recueillez, mélangez, tamisez

Semez sur un  lit d’ancolies

 .

Tristes cires des années surannées

Voyez comme les rides s’effacent

Vous êtes penchée comme Narcisse

Sur l’onde apaisée de vos yeux

 .

Il ne reste que fins sillons

Traits de jade sur masque doré

Sur ce cadastre d’ombre et de clarté

J’aime chaque parcelle de votre visage

..

Le train quitte ses rails

Comme on pose son manteau

Au bord d’une saison attablée en terrasse

Les immeubles fondent sous la lumière

Et les caves sont fières de leur fraîcheur

Quelque réverbère grincheux ressent l’inutilité

De rester au coin de la rue immobile

Lorsque  personne ne les regarde plus

Ni ne lit l’avenir dans les journaux

Les papillons sont priés de regagner leur filet

Les éphémères la mémoire

Dans le berceau des rivières s’endort l’orage

.

Emporté dans une carafe

Par une déferlante

Quelqu’un flotte

Incapable de couler

Qu’est-ce donc qui le retient

La vue sur le ciel

Où l’oiseau glisse

Comme un peigne de poupée

Dans une chevelure démesurée

Le poil pousse en mer

Les poissons s’y entortillent

Respirer nul ne le souhaite

Quand au chapitre suivant

Le naufragé révèle le nom

De son assassin.

.

Les auteurs :

Hélimel, 4z et moi,

.

Tandis que Tequila barbotte et qu’Elisa rêve de chocolat

 

4 réponses sur “Le masque du poisson”

  1. 4Z2A84 dit :

    Au fil du temps et Dieu sait comme il file vite à portée des ciseaux de la Parque, les PPV ne perdent rien de leur charme. Celui-ci, mystérieux comme une énigme, intriguerait le Sphinx en personne.

  2. 4Z2A84 dit :

    Cela commence par une recette…de jardinage ? Non. De soins du visage – et l’on croise l’ineffable Narcisse ! Puis le TGV quitte sa voie pour nous présenter des réverbères autour desquels profitent de leur liberté les papillons. Enfin on se trouve sur une mer au système pileux abondant – avec l’ombre d’un assassin…Y’en a pour tous les goûts. Si l’on devait se plaindre, ce serait d’une trop grande richesse…

  3. Fauchon dit :

    Emportés dans une carafe, papillons et réverbères attendent le bon génie qui les libérera du naufrage car la mer n ‘en finit pas de creuser ses sillons.

  4. Elisa-R dit :

    Et le spectacle se poursuit à l’intérieur des commentaires : c’est un réel plaisir de vous lire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.