Un poème de Robert Sabatier.

.
« Passage de l’arbre
.
Un arbre passe, un homme le regarde
Et s’aperçoit que ses cheveux sont verts
Il bouge un bras tout bruissant de feuillages
Une main douce à cueillir les hivers
Lentement glisse à travers la muraille
Et forme un fruit pour caresser la mer.
.
Quand l’enfant vient, c’est la forêt qui parle
Il ne sait pas qu’un arbre peut parler
Il croit entendre un souvenir de sable
La vieille écorce aussi le reconnaît
Mais elle a peur de ce visage pâle.
.
Chacun s’éloigne – il vole quelques feuilles
Tout l’arbre bouge et jette son adieu
Pour une veine il pleure sept étoiles
Pour une étoile il a donné ses yeux
Il a jeté ses racines aux fleuves.
.
Les derniers cris déserteront les gorges
Quand les oiseaux ne s’y poseront plus
Quelqu’un déchire un à un les automnes
Le fils de l’arbre écarte ses bras nus
Et dit des mots pour que le vent les morde. »
.
Robert Sabatier – « Les Fêtes Solaires » (1950).
.

3 réponses sur “Un poème de Robert Sabatier.”

  1. 4Z2A84 dit :

    Robert Sabatier, né en 1923, nous a quittés le 28 juin 2012.

  2. Elisa-R dit :

    Le poème entier est merveilleusement beau, je reste néanmoins particulièrement sensible à la musique de la première strophe.

    Merci 4Z.

  3. Éclaircie dit :

    L’arbre comme l’aïeul et la forêt qui se perpétue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.