Sous l’arbre aux champignons

.
Du bord de l’œil droit s’écoulent les torrents

Déversés par un ciel amnésique

Un peu perdu dans les pages du calendrier

Au fond de l’œil gauche

Les enfants nagent au centre de bouées à tête de chien

Les champs de blé rient sous les caresses d’une douce brise

Le soleil n’en finit plus d’être gai

A l’intérieur du dernier œil

Une princesse se morfond réfugiée dans un triste château

De sa belle voix, elle chante une complainte mélancolique

En rêvant au retour de Juillet son amour d’enfance
.
Le mot avant l’idée s’est arrêté sous l’arbre

Par la lucarne de la nuit les branches effleurent la poussière

Réfugiée loin des lumières et des tessons

Coupant dans le vif les conversations

Les yeux trop grands ouverts refusent de voir

La feuille vide et le café devenu froid

Des spirales se déroulent dans un cadre imaginaire

Pas un atome n’ose frémir sur les brindilles éparpillées

Par un vent pourtant doux qui voudrait embrasser la page

Au faîte du tilleul un cri s’égare et se dispersent les heures

Le jour attend la parole pour s’échapper du vide

Au loin quelque marcheur guette l’ombre du dernier réverbère

Qui pourrait le guider jusqu’au livre ouvert sur l’aurore
.
L’espace immense et vert prolonge la campagne

En été le soleil vient s’y désaltérer

On entend frémir l’herbe et bâiller la montagne

D’où sort pour ses torrents fougueux une eau filtrée

Le vent s’arrête et se recueille

Sous les nuages silencieux

Qui conservent toutes leurs feuilles

Comme un trésor serrées contre eux

Au cou des arbres blonds les reptiles se pendent

A quoi sert désormais l’abri des champignons

Sans un cri les oiseaux montent au ciel par bandes

Car ils tiennent toujours plus haut leurs réunions
.

Non loin de cet arbre, vous trouverez Eclaircie, 4Z et moi-même.

9 réponses sur “Sous l’arbre aux champignons”

  1. Éclaircie dit :

    Que demander de mieux que cet arbre rafraîchissement pour cet après-midi de (vrai) été.
    Tout en nuances de couleurs et de sensations, j’adore !

  2. Éclaircie dit :

    rafraîchissant,bien sûr ! (l’effet des champignons ?)

  3. 4Z2A84 dit :

    Sous les pieds la terre se dérobe. ATTENTION LECTURE DANGEREUSE.
    Cet arbre donne des fruits alcoolisés. Quant aux champignons ils sont de ceux qui provoquent des hallucinations – évidemment.
    Héliomel, tu nous manques. Bon courage.

  4. Elisa-R dit :

    J’adore les lectures dangereuses !

  5. Éclaircie dit :

    Une mélancolie latente, puis nous sommes entraînés par cette nature, secrète et bienveillante.
    Lecture dangereuse si le monde chanté par les poètes est dangereux, comme le bonheur d’écrire et de nous lire.

  6. 4Z2A84 dit :

    La terre ne tourne plus quand nous cessons d’écrire.
    Mais au moindre mot pour lui répondre une ou plusieurs étoiles clignotent.
    Quant à la lune elle boude. Ne lui en voulez pas, c’est son caractère.

  7. 4Z2A84 dit :

    Dans le ciel parisien le 14 juillet les feux d’artifice prétendent remplacer avantageusement les étoiles. Elles leur sourient, attendries. Comme des mères en regardant leurs gamines jouer à la poupée.

  8. Heliomel dit :

    vous aussi, vous me manquez.
    Cet arbre, en plus des champignons, doit bien avoir quelques noyaux, de quoi faire des confrères (j’allais dire: conifères) nombreux. Bonjour à tous.

  9. Elisa-R dit :

    Héliomel, il est bon de te croiser ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.