l’imaginaire

L’IMAGINAIRE

 .

Sur la page blanche il vit l’imaginaire.

 .

Sur cet océan blanc je vogue solitaire

Errant au fil du temps a bord de mon radeau

Pour trouver la couleur et finir le tableau

Avant de repartir aux vents de l’éphémère.

 .

Sous quelques traits noircis je conte le mystère

Des rêves enchantés, des instants déjantés

Qu’un troubadour, un soir de discours inventés

Au coin du feu chantait au fond de son repaire.

 .

Par un stylet, j’écris un psaume sur la pierre

Dans la chapelle grise ils clament ma prière

Pour quémander là-haut une once de bonheur.

 .

J’efface le regret, en gommant la misère

 Pour enlever du ciel sa funeste noirceur

Avant de m’épancher une nuit toute entière,

 .

Sur la page où renait parfois, l’imaginaire.

.

jc blondel

 

2 replies on “l’imaginaire”

  1. 4Z2A84 dit :

    Blanche la page s’ouvre à mon imaginaire;
    Je la noircis de traits qui n’ont rien d’ordinaire :
    Des lettres et des mots illisibles, ma part
    Dans le concert muet des solistes épars.

  2. jc-blondel dit :

    merci d’etre venu te perdre dans mon imaginaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.