je ne suis pas

JE NE SUIS PAS

 .

Je ne suis pas Rimbaud, ni même Baudelaire

Je laisse quelques mots filer au fil de l’eau

Glissant sous les pontons un peu comme un radeau

Sous le pont Mirabeau du jeune Apollinaire.

 .

Dans le grand livre ouvert où je fais l’inventaire

Je vais me promener sur l’onde d’un ruisseau

Pour venir découvrir dans le monde d’Hugo

L’audace d’un sonnet qui parait centenaire.

 

Les pendus de Villon reviennent chaque soir

Hanter dans mon sommeil mon songe et mon espoir

En venant réveiller ces vers en ma mémoire.

 .

Fouillant dans le passé, j’aime écouter Ronsard

Me dire à la veillée un rondeau par hasard

Pour conter dans mon cœur l’amour et son histoire.

 .

Verlaine avait chanté son rêve familier

Pour traverser la nuit quand le noir est entier.

A côté de ces grands, mon ode est dérisoire.

 

jc blondel

4 replies on “je ne suis pas”

  1. 4Z2A84 dit :

    J’ai beaucoup aimé cet hommage à nos grands poètes. Ils accompagnent aussi mon existence. A noter que Victor Hugo parmi ses milliers de splendides poèmes n’aurait écrit que deux ou trois sonnets; cette forme on le voit ne convenait pas à son inspiration.

  2. jc-blondel dit :

    et encore j’en ai oublie quelques uns
    merci d’etre passé

  3. Éclaircie dit :

    Peut-on tous les nommer ceux qui nous enchantent ? Belle évocation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.