55 lignes en folie

Au bord des falaises

Sur l’eau taciturne

Leurs portions magiques

Certes, on les voit encore

Les promeneurs en scaphandre se congratulent

Un navire inondé coule au fond du plancher

Ainsi qu’une aimable souris qui passait par là

Et nul nageur n’y plonge il fait trop froid

Les miroirs aussi cachent des secrets

La cloche  s’entête et sonne l’heure  du goûter

La craie trace une route qui ne mène nulle part

.

Quittant leur bocal grand comme un océan

Les sirènes dansent encore

Ne sont que walkyries

Pour aller faire du shopping dans la dernière déferlante

Leurs portions magiques

Mais les sorcières n’ont plus de ronds

Sécher certes est sans gravité mais durcir ?

A l’origine de sa propre existence

Ou seulement au jardin des souffles

Quand les pique-niques étalés sur la vague

Un visage inconnu occupe le cadre

.

De voir que leur monde

Dans lequel notre portrait, une face de carême

Attirait tous les regards même les plus blasés

Toutes les nuits la lune se noie dans l’étang

Le bois mouillé est-il long à sécher ?

Est-ce celui de l’astre nocturne ?

Si gâchant la peinture il déchirait la toile

On le verrait cracher des poissons

Jeter leurs fiels et leurs araignées

A défaut de moussaillons l’horloge qui

Rêve d’être  étoile ou au moins petit rat

.

Sur les toits de New-York

Nulle barque ne glisse au secours de la distraite

Qu’à un cheveu sur les lagunes

Fait peur aux sorcières

Adieu crapauds, adieu chimères

Les enfants sont ébahis

Les dames de la mer les arborent en peigne

Leurs portions magiques

Au moindre nuage s’échouent les greniers

Elles balaient leurs oublies

Ne filtrent que les fils du vent

.

Depuis la fin des temps c’est à dire de l’arbre

Qu’elles lisent leur passé

Les algues seront les couches des marins rêvant de sommeil

Et leurs lourdes paupières fripées

Dans les réservoirs qui perchent

Sont réservés aux poissons privés de leurs écailles

Les villes sont sur pilotis les ancres ne tiennent plus

Et le chien aboie en vain

Outrageusement maquillé à peine reconnaissable

Dans lequel notre portrait, une face de carême

Convie à sa table Acamar Achernar et Acrux

bailleurs de fonds:

4elcimelza

 

 

 

 

 

9 replies on “55 lignes en folie”

  1. Elisa-R dit :

    Pas mal du tout !

    Ça donne une autre dimension à l’ensemble . J’aime beaucoup : bravo Héliomel d’avoir ainsi préparé le poème de 4elcimelza.

  2. Éclaircie dit :

    Alors là Héliomel bravo !
    Une autre dimension, oui, et l’on voit que nos vers peuvent s’articuler dans un ensemble harmonieux, loufoque.

    4elcimelza est doué en poésie, félicite-le.

  3. 4Z2A84 dit :

    Dilution dans un courant poétique où se confondent rivières et ruisseaux. Cela donne un fleuve sur lequel on navigue comme quatre plumes (blanches ?) sur la voie lactée. Et le voyage plein d’imprévus plaît à chacune et chacun, à toutes et tous.

  4. josy01 dit :

    Depuis longtemps,
    je suis attirée par les fous!
    et…qu ‘est ce que j’aime ça!!!!

    ..)))

  5. Heliomel dit :

    Josy, c’est peut-être les autres qui sont fous!
    Amitiés

  6. Éclaircie dit :

    Plus qu’à les rejoindre Josy, mais c’est vrai je te comprends, ici, il y a des fous bien attirants.

    Les « lignes en folie » je ne connais rien de plus goûteux.

  7. josy01 dit :

    vous rejoindre …
    j ai entendu ton offre sympa chère Eclaircie..

    mais je dois « mûrir »..

    il me manque tant de mots…
    je suis souvent « perdue » entre ce que je veux dire et les mots qui s’enfuient quand je les approche…

    j’aime beaucoup le surréalisme…et puis tant d’autres choses…
    et puis surtout le talent ….et savoir jongler avec les mots…je ne sais pas..
    pour moi un mot….c est la pureté..
    hum..quelle idiotie n est ce pas?

    je sens..
    je sais..
    peut être..
    je ne sais pas l’écrire!

    je vis dans ma tempête pour l’instant..
    j’essaie de lire à l’intérieur de moi..

    mais j aime vous lire…ça me fait du bien..
    ..))

  8. Elisa-R dit :

    « il me manque tant de mots…
    je suis souvent « perdue » entre ce que je veux dire et les mots qui s’enfuient quand je les approche… »

    Moi aussi mais c’est justement l’attrait de la chose.

    « mais j aime vous lire…ça me fait du bien.. »

    Merci infiniment.

  9. Éclaircie dit :

    Josy, Je crois qu’on se cherche tous, plus ou moins. Et la recherche est assez fantastique, comme te le dis Élisa.
    Puis on a trouvé la parade, lol, j’ai l’article « Ma life » où je poste tout ce que j’écris, bon pas bon, nul, génial, lol !
    Elisa a sa page où, si je ne m’abuse elle fait de même. (« la page d’Élisa »)
    Prends ton temps, PF sera éternel, et rejoins nous vite…
    (en plus il y a beaucoup de poésie dans ton commentaire)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.