Départ

 

L’herbe scie le vent

 

On entend de grands bruits

Sûrement les arbres qui s’en vont

 

Entre elles les fenêtres se regardent

Les portes frappent pour qu’on les ouvre

 

La pluie repart d’où elle venait

 

Il n’y a pas si longtemps

la lumière fit un geste

à toute chose

 

Les ombres les premières

nous quittèrent

5 réponses sur “Départ”

  1. Éclaircie dit :

    Les éléments comme on ne les attend pas, en filigrane l’homme et sa perception du monde, des autres.
    Un poème qui m’évoque Pierre Reverdy.
    Je te préfère en poésie vraiment libre.

  2. Orgue-rouge dit :

    Bonjour Eclaircie,

    Je ne comprends pas ton « vraiment libre ».
    L’est-on jamais?
    Reverdy, quel beau fantôme…

  3. Éclaircie dit :

    Je t’ai lu, ici ou là, en vers mesurés non rimés et je préfère te lire dans la forme que tu présentes là.
    « L’est-on jamais » , belle formule et quel questionnement…

  4. OulRa dit :

    ;o) &, presque, « un nuage est entré par la fenêtre »…

  5. Orgue-rouge dit :

    C’est pourquoi je ne fais plus confiance aux fenêtres.
    Je préfère encore l’aveuglement des portes.
    Merci OulRa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.