Ancrés-Vivants

.

..

La poésie

 

Le plus grand des gouffres

capitonné de nuages

la lune toujours présente

le soleil pour la mettre en beauté

les croissants qui deviennent ellipses

les spirales qui traversent l’océan

le couloir sous cette mer

tunnel à ciel ouvert pour boire

se désaltérer des mots peints au mur

glissant sur les parois devenant teintes imaginaires

pointillé de points virgule

musique à la portée infinie

.

Vertige des profondeurs

la vie en apesanteur

la solitude emplie de mille présences

la présence pour seule compagne silencieuse

comme une forêt sans arbre

quand ils sont ailleurs

plus profondément ancrés

dans nos avenirs

.

La poésie

.

Un gouffre

d’où l’on sort vivant

ou non

.

7 replies on “Ancrés-Vivants”

  1. Fauchon dit :

    J’aime ce papier peint et ces frises océanes.

  2. Mikelot dit :

    La solitude aux mille éclats scintillants, remplis de gens qui dansent et d’autres qui se reposent !

  3. Elisa-R dit :

    Ce poème est comme une terre accueillante et aimée.

  4. 4Z2A84 dit :

    Formidable voyage dans l’inconscient et le rêve ! Les forêts sans arbres y projettent une ombre dans laquelle j’aime nager.

  5. OulRa dit :

    On en sort vivant du gouffre, voyant un peu sonné de ce qu’on y a vu…
    ;o)

  6. Éclaircie dit :

    Vous êtes plus que sympas.

    Merci, merci, merci.

  7. Elisa R dit :

    Je relis tes poèmes, au hasard de mes pas et dès le premier mot du premier vers je retombe sous le charme de ta (tellement) belle écriture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.