UN POEME DE VICTOR HUGO

« Le Cantique de Bethphagé.
.
La jeune fille
.
Par l’ouverture de ma porte
Mon bien-aimé passa sa main,
Et je me réveillai, de sorte
Que nous nous marions demain.
Mon bien-aimé passa sa main
Par l’ouverture de ma porte.
.
De la montagne de l’encens
A la colline de la myrrhe,
C’est lui que souhaitent mes sens,
Et c’est lui que mon âme admire
De la colline de la myrrhe
A la montagne de l’encens.
.
Je ne sais comment le lui dire,
J’ai dépouillé mes vêtements ;
Dites-le-lui, cieux ! Il soupire,
Et moi je brûle, ô firmaments !
J’ai dépouillé mes vêtements ;
Je ne sais comment le lui dire.
.
Victor Hugo – « La Fin de Satan »
.

2 replies on “UN POEME DE VICTOR HUGO”

  1. 4Z2A84 dit :

    « La Fin de Satan » est l’un de ces recueils de poèmes qui ne furent publiés qu’après la mort de Hugo.

  2. Éclaircie dit :

    Je suis gênée pour apprécier, car la référence à Bethphagé est loin de mes connaissances.
    Il me reste à admirer, le rythme, la musique de ce poème.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.