sur le dos d’un nuage

SUR LE DOS D’UN NUAGE

 .

Je décampe à cheval sur le dos d’un nuage

Pour m’en aller rêver jusqu’au prochain matin ;

Poussé par un Mistral chaque nuit, je voyage

En suivant une étoile éclairant mon chemin.

 .

Je m’aventure un peu plus loin, au firmament,

Sur un traineau volant autour de la grande ourse

Pour survoler d’un trait le bleu de l’océan

En poursuivant le temps dans une folle course.

Je vois sur fond d’azur un bel astre en douceur

S’installer quand le jour tout doucement s’efface ;

Les secondes s’en vont s’écouler dans l’espace

De cet hier glacé qui n’a plus de saveur.

Le monde, simplement, s’endort au crépuscule

Quand le noir envahit le rivage endormi,

En laissant le soleil jouer au funambule

Sur un fil d’horizon dans un ciel assombri.

 .

Le rêveur, au repos, allongé sur la plage

Dans la chaude clarté d’un été qui s’éteint

Contemple la saison qui parfait son ouvrage

En réveillant les feux des monts du Palatin.

 .

Je fixe ces moments sur une pellicule

Pour conserver l’émoi dans mon cœur ébahi

En regardant là-haut ce monde majuscule

Qui s’invite le soir au dessus de mon lit.

 .

jc blondel

2 commentaires sur “sur le dos d’un nuage”

  1. 4Z2A84 dit :

    « Sur le dos d’un nuage » est une réussite. Les vers sont beaux, l’imagination en éveil. Parmi les poèmes signés jc – blondel qu’il m’a été donné de lire, c’est mon préféré.

  2. jc-blondel dit :

    merci pour ce texte je l’ai écrit sous la forme du « mouwachah » qui est une forme classique andalouse et arabe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.