Lune de sable

.

La page s’ouvre comme cette fenêtre

Air vif  Vue sur la mer ou sur un mur

Où vagues et pierres fleurissent

Ainsi qu’on doit le faire au printemps

Et si l’on inversait la vapeur

Que la fumée précède le train

Le vent déjà ravale son souffle

La lune à peine étonnée poursuit sa route

Attendant des visiteurs à déjeuner

Ceux des wagons sans classe

Avec étoiles aux yeux et dans la poche

Une planète qu’ils ont  bâtie pour eux

.

L’écueil résiste à la vague

Mais la vague au vent s’abandonne

Pourquoi ne sommes-nous jamais d’accord

Avec la nuit

Pour empêcher le soleil d’éclairer la lune

 .

Pourquoi mes yeux se ferment-ils

Quand j’ouvre la bouche

Et qu’il en sort comme d’un tunnel une locomotive

Pourquoi lorsque je fronce les sourcils

Voyageuse à l’air farouche

Rester sur la défensive

 .

Les gares se succèdent et se ressemblent

Parfois légères parfois pleines de poissons

Leur choc contre mon front

Ne me réveille pas

.

La proximité d’un point d’eau

Le balancement d’un palmier

Une griffe couleur de lune

L’ambre sur le chameau

 .

Existe-t-il des abeilles

Au creux des baobabs

Des fleuves souterrains

Pour faire boire les oasis

 .

La rose des sables n’est butinée

Que par les fourmis rouges

Ainsi le miel se fait sable

Et le fennec a faim

 .

Le sirocco s’éloigne

La dune est tranquille

La croix du sud chancelle

Sur le ciel bleu touareg

.

Héliomel-4Z2A84-Eclaircie

.

6 réponses sur “Lune de sable”

  1. Éclaircie dit :

    Le jour arrive, cependant la lune nous guide.
    Planète, vent, sable sur les rails de la magie.

  2. Fauchon dit :

    Et le voyage part en fumée, de ports en gares, de wagons en étoiles, pour notre plus grand plaisir.

  3. ELISA ROMAIN dit :

    Est-ce la lune qui emporte la vague ou la vague qui efface les murs ? Les paysages s’ouvrent vers de nouveaux rêves dans lesquels les locomotives sortent des bouches…Et quel joie de relire un PPV !

    Amitiés à tous.

  4. Fauchon dit :

    Et quelle joie de te retrouver parmi nous!

  5. 4Z2A84 dit :

    La lune à peine étonnée poursuit sa route, mais la vague au vent s’abandonne sur le ciel bleu touareg.
    .
    Dans nos bras Elisa !

  6. Éclaircie dit :

    Elisa ! quelle joie de te relire ! (ici)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.