Deux poèmes d’Élisa Romain

.

Désormais tout est calme

Aucun bruit de voix

Aucun bruit de pas

 

Tout s’écrit en mots démêlés

Des mots sans attache

Entre cœur et nuages

Entre feuilles et brouillard

 

Ce matin est propice aux confidences

Le toit de la maison disparaît

Effacé peu à peu par l’hésitation du temps

Comme un souvenir

De plus en plus confus

…..

On ne touche pas aux mots gelés

pour ne pas les briser

La feuille captive dans la toile abandonnée

Frappe à petits coups discrets sur la vitre

Nos sourires rêveurs les laisseront entrer

Ainsi que le soleil

Débarrassé de sa pelisse de froid

On ne touche pas aux mots gelés

On tourne autour

On les contemple

Les réchauffant de ce que l’on pressent

Et de ce que l’on espère.

.

11 replies on “Deux poèmes d’Élisa Romain”

  1. Éclaircie dit :

    Il me semble déceler là, la mélancolie de l’éloignement et l’espérance de retrouvailles.

    Je suis si heureuse de pouvoir partager ses deux poèmes.

  2. 4Z2A84 dit :

    Le ton d’Elisa, sa voix unique. Il y avait longtemps qu’à ce léger tremblement n’avait pas battu mon coeur.

  3. 4Z2A84 dit :

    En 2011, notre amie Elisa Romain a fait paraître aux éditions Chloé des Lys un recueil de poèmes remarquables intitulé « Amitié Virtuelle ». Elle ne m’en voudra pas de reproduire ici le mot qu’alors je lui transmis :
    Mardi 17 janvier 2012 – A Elisa Romain –
    Ce matin très tôt je termine la lecture d’ »Amitié virtuelle », puis en relis quelques pages, puis réfléchis (la réflexion n’est pas mon fort, contrairement à la rêverie). Tout m’intéresse dans ces 55 pages. L’ « entrée en matière » est merveilleuse : « Toute ressemblance avec la réalité ne pourrait être que partielle et trompeuse » : une telle formule, j’aurais voulu l’écrire !
    Entre nous, elle me correspond davantage qu’à toi – ici je laisse s’exprimer ma jalousie…En fait, il y a constamment…de Toi, femme bien réelle, mère de famille qui malgré ses tâches matérielles souvent contraignantes connaît peut-être des moments de spleen, aspire à autre chose mais attise ses obsessions en les décrivant sous des déguisements divers, dans ses poèmes (« Ce ne sont pas des poèmes » (« L’autre »)).
    J’ai retrouvé « Matricules sonores » étrange, effrayant, lequel, comme tu t’en souviens ( ?) m’inspira comme une « suite », et « La tour des indigents » kafkaïen. L’inventaire dans « Pensées et Cie » s’achève sur le sourire d’Elise…Elise…Elisa. Le thème du double t’est cher. « L’autre », dialogue (ou monologue ?) pourrait s’intituler « L’autre…la même » (titre d’un récit…ou d’un poème de J.L. Borges). Dans « Le temps a passé » le rythme est très original ; on y entend comme des bulles crever à la surface du lac somnolent. « Mémère » et « Arrêt des docks » esquissent des portraits de femmes sans doute marquées par la solitude ; on ne fait pas un peu connaissance avec elles sans un serrement de cœur. Dans « Couleurs » l’attitude du personnage avide de déchoir puis vraisemblablement de tout oublier (à commencer par lui-même) bénéficie de vers forts. Des couleurs aussi dans « Ectoplasme à chagrin variable » ; j’y repère ces trois lignes : « Puis, le jour venu, je reviens / Fraîche comme une tombe d’hiver./ Souriant de tout mon vide. » puis, un peu plus loin : « Je me hante moi-même ». Il faudrait tout citer, dont la peau de chagrin. Sans doute l’une de tes meilleures compositions. Par contre, ton « Soleil » ne m’emballe pas ; c’est évidemment subjectif et affaire de goût ; mais les répétitions, le martèlement du même mot pour donner l’impression de rythme, le tam-tam me semblent une facilité. « Femme de marbre » : une réussite. « Les liens du sens » aussi. Et « Cervelle de table » où l’on retrouve des « numéros » comme dans « Matricules sonores »…En fait tous tes textes m’ont vivement plu et intéressé. Ton recueil est en outre très bien composé, construit (la « construction » : j’en suis incapable, chez moi tout part dans tous les sens, c’est peut-être aussi pourquoi je privilégie l’alexandrin, lequel me discipline – un peu). Tu es très présente dans « L’autre », superbe dialogue avec soi-même (–« Tu n’es nulle part » – « Je suis ailleurs. »). Nous aurons, je l’espère l’occasion d’en reparler ainsi que d’autres pages d’ « Amitié Virtuelle », un livre que je garde à portée de main car je le rouvrirai souvent.

    Amitié.

  4. Heliomel dit :

    j’espère que ses mots ne sont pas gelés ou alors soufflons dessus pour réchauffer sa plume. À bientôt Elisa.

  5. OulRa dit :

    Deux translucides poèmes matinaux qui parlent d’engourdissement (comme l’oiseau si petit et si frêle, fragile ébouriffé de roide, de nuit) et du retour au « nid » dans les reflets d’un jour renaissant.
    J’ai pensé au froid lumineux, à La pie de Monet en te lisant.
    Merci Élisa.

  6. Mikelot dit :

    Très beau ! Il y’a ce qui embrase, enflamme et ce qui réchauffe, adoucit.

  7. Éclaircie dit :

    Elisa n’est pas loin, privée du net, elle reviendra vite pour nous enchanter encore.
    Merci Mikelot de l’avoir lue.

  8. josy01 dit :

    magnifique ce poème!!
    quelle pureté!

    • Éclaircie dit :

      Merci Josy de toujours passer. Élisa attend sa connexion internet pour nous rejoindre. Elle doit avoir de ces bijoux à partager. Vivement son retour.

  9. ELISA ROMAIN dit :

    Un petit mot du travail (oui, je sais, ce n’est pas bien !) pour vous remercier tous très chaleureusement.
    4Z, je crois même pouvoir retrouver ton texte. Dès qu’internet revient, je cherche.

    Merci à vous à qui je pense chaque jour et plus particulièrement le vendredi. Enfin, vous avez repris les PPV !

    Bises à tous, anciens et nouveaux.

  10. phoenixs dit :

    La toile discrète sur le tableau +++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.