Carnets de Jungle- Pascal Floirac

Un nouveau recueil, chez l’éditeur Clhoé des Lys que je viens d’acquérir.

Au dos quelques mots de l’auteur se terminant par « c’est ainsi que je suis revenu parmi les hommes »

On trouve en couverture un rat qui fait de la résistance dans un fast-food, oui..mais

A l’intérieur vous trouverez un tout autre menu. Quatre vingt dix neuf (pourquoi pas cent ? de quoi se torturer les méninges pour trouver la solution) poèmes.

Mais aussi 99 de ces grimoires, poèmes pétris de tendresse, emplis de jeux avec mots et sonorités, et tant d’autres.

Bref, je vous le recommande (d’autant que l’auteur n’est pas loin de nous)

 

 

 

6 réponses sur “Carnets de Jungle- Pascal Floirac”

  1. 4Z2A84 dit :

    Peux-tu publier au moins l’un de ces 99 poèmes sur Poésie Fertile ?

  2. OulRa dit :

    Merci beaucoup, Eclaircie
    pour ce petit encart sur mon enfant de papier…

    Pour te répondre, 4Z2A84 (et par dessus l’épaule d’Eclaircie qui, je l’espère ne m’en voudra pas), en page 64 se trouve celui-ci :

    Cratère

    L’œil est éberlué
    De tant de soleil
    Les mirages tremblent
    dans le sablier
    aux dunes fessues.

    Ton serpent des routes
    s’illusionne à croire
    que sa gueule ouverte
    va gober la lune
    sans faire d’histoires.

    Mais il va falloir,
    Au cratère d’Aden
    Consumer sur place.
    Il va falloir que tu danses sais-tu?

    Tu as bien vérifié les tocs, allumé les mèches, fermé les enveloppes, rangé les souris avec les morts, classé les sourires, épousseté le superflu, écrasé d’un coup de talon l’amour de vitriol et de larmes, empilé les factures, mouché l’ennui, et même rangé les livres ouverts au hasard. Tu as rassemblé les morceaux, poussé les incisives dans les coings, limé les canines…
     »
    Un lot ……… une dent seule.
    Un lot ……… deux dents.
    Un lot ……… trois dents.
    Un lot ……… quatre dents.
    Un lot ……… deux dents.
     »
    Puis tu as enfermé le tout dans le mal avec le fil d’or que tu avais tendu d’étoile à étoile et tu l’as donné en pâture aux fièvres.

    Tu as
    de plus en plus froid
    dans ton lit de cendre,
    amputé.

    *
    Cordialement,
    oulRa

  3. Éclaircie dit :

    Merci Oulra d’avoir été plus vite que moi.
    Ce n’est peut-être pas le poème que j’aurais choisi, mais peu importe, l’essentiel est d’avoir un aperçu.
    Grinçant, mais bien rythmé. On trouve des rimes même en prose.
    Fin de vie ? j’aime ta vision.

  4. OulRa dit :

    Désolé de m’être montré si impatient…
    Lequel aurais-tu choisi (ça m’intéresse) Eclaircie ?
    Merci encore à toi.
    <];o)

    • Éclaircie dit :

      Aucun souci par rapport à ton impatience, j’aurais sûrement eu la même.
      Je viens de feuilleter à nouveau ton recueil et ce matin j’aurais choisi :

      Macabre danse
      (si tu le permets, on ne va tout de même pas tout dévoiler, lol, je je mettrai ici, en commentaire)
      Ce choix est guidé par le ton un peu différent de beaucoup de ceux que tu as publié ici. Moins de jeux de mots, laissant mieux voir la tendresse ou le regard lucide sur la vie.
      Demain, j’en aurais sûrement choisi un autre.

  5. Elisa-R dit :

    Maintenant que je l’ai lu, je peux dire ce que j’en pense : du bien !
    Bonne lecture à tous .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.