eole s’énervait

EOLE S’ENERVAIT

 .

Eole s’énervait sur son coin d’océan

Un matin de colère

Sur l’enclume du temps il fabrique du vent

Pour décoiffer la terre.

 

Pour le monde il gardait sa force en ouragan

A distiller de la misère

En ravageant parfois un bout de continent

Qu’il choisit souvent sans mystère.

 .

L’orfèvre des saisons dans son vieil atelier

Sur un morceau de mer remet tout en chantier

Pour marquer son passage.

 .

Sa tornade funeste aura tout saccagé

En laissant derrière elle un terrain dévasté

Qui fut un paysage.

 .

jc blondel

4 réponses sur “eole s’énervait”

  1. Heliomel dit :

    Eole en cette saison est dans la force de l’âge, un poème d’actualité
    Cordialement

  2. jc-blondel dit :

    surtout dans le nord aujourdhui
    merci
    d’etre passe

  3. Éclaircie dit :

    J’aime toujours l’évocation des éléments, le vent, l’eau et leurs forces que rien ne soumet.
    (je n’ai pas vraiment compris le sens ou la construction du vers par rapport à ce qui précède : Qu’il choisit souvent son mystère, hormis ce détail, merci de ce cadeau venté)

  4. jc-blondel dit :

    merci eclaircie

    j’ai modifie le son c’est sans qu’il fallait lire
    et le vent par chez nous est vraiment présent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.