« REVE » par PAUL VALERY

« REVE.
.
Une femme avec moi dans une campagne CLAIRE. Nous voyons une construction abandonnée, CLAIRE. De l’eau coule vers la porte béante ; sur un palier carré, eau CLAIRE qui, à peine le seuil franchi, coule sur les marches, les couvre et s’enfonce. La femme m’entraîne. Nous marchons dans l’eau assez haute et descendons. La descente d’eau nous mène à une porte où nous retrouvons le jour, et sur un lac immense où l’eau se jette. Le lac est CLAIR, d’une transparence admirable, très profond. Nous nageons dans le plein de l’eau CLAIRE et vert très CLAIR et lumineux. Lumière blonde. On voit les corps des nageurs. J’ai une peur et un émerveillement de cette CLAIRE profondeur où les jambes sont d’une liberté et blancheur étonnantes. On voit AU FOND un pays vert lumineux, doré de soleil doux, un sable calme et blond. »
.
Paul Valéry (« Mélange »).
.

3 réponses sur “« REVE » par PAUL VALERY”

  1. 4Z2A84 dit :

    « Que seriez-vous, si vous n’étiez mystère ? » Paul Valéry.

  2. OulRa dit :

    Délicieuse onde…
    ;o)

  3. Éclaircie dit :

    J’aime beaucoup l’idée de l’enfouissement de la vérité et des mystères, un peu moins la forme.
    Merci 4Z pour tous ces cadeaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.