Philippe Jaccottet

.

J’aurais voulu parler sans images, simplement
pousser la porte…
………………………..J’ai trop de crainte
pour cela, d’incertitude, parfois de pitié :
on ne vit pas longtemps comme les oiseaux
dans l’évidence du ciel,
……………………………….et retombé à terre,
on ne voit plus en eux précisément que des images
ou des rêves.

..

Philippe Jaccottet, extraits de « Parler », in L’Encre serait de l’ombrenotes, proses et poèmes (1946-2008),Poésie/Gallimard n° 470

5 réponses sur “Philippe Jaccottet”

  1. Elisa Romain dit :

    Ah! ces images…Merci, chère Eclaircie, de partager avec nous tes belles lectures.

  2. 4Z2A84 dit :

    L’expression de la merveilleuse sensibilité de ce poète me touche beaucoup.

  3. oulRa dit :

    Une légèreté, qui sous cette élégance, parle juste des pas de côté et du chemin rigide, d’un certain sentiment d’isolement.
    J’aime.
    J’aime aussi ne pas connaître ses écrits : il me reste ainsi la joie de les découvrir.
    Merci Éclaircie.

  4. oulRa dit :

    Une légèreté, qui sous cette élégance, parle juste des pas de côté et du chemin rigide, d’un certain sentiment d’isolement.
    J’aime.
    J’aime aussi ne pas connaître ses écrits : il me reste ainsi la joie de les découvrir.
    Merci Éclaircie.

  5. Éclaircie dit :

    Merci pour vos retours, la pesanteur ou l’apesanteur de l’homme et du mot, chemin à suivre et découvrir.
    J’ai encore tant, moi aussi à connaître, un vrai plaisir de savoir qu’il reste à voler…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.