UN POEME D’ECLAIRCIE

On ne connaît jamais la réelle intensité du souffle
Lorsque peureux on s’enroule dans les voilages
Aux fenêtres camouflées de doubles rideaux
Pourtant il est là au creux des mains
Quand on les laisse s’échapper par l’entrebâillement du volet
Elles seules savent dessiner toutes les couleurs
Celles de toutes les saisons réunies sur une même palette
Certains n’y verraient qu’une teinte sombre et uniforme
Mais nous savons baisser les paupières
Sur les montagnes fluctuantes
Et là
La lune vient irradier tous les murs gris
Qui se transforment alors en forêt luxuriante
Où il nous faudra avancer en silence
Pour capter tous les messages de l’humus
Qui croîtront devenant ces trains
ces routes
ces sentiers ouverts sur l’océan qui n’attend que nous
pour recréer les marées
Si tout le monde nous croit mort
Ne révelons pas notre secret
Cette vie au-delà des grands murs
Là où l’horloge attend
Que nous choisissions l’heure
Où il nous plaît de poser nos ouvrages
Ce ne sont pas les poissons qui révèleront
Au monde ce bonheur d’avoir su conserser
L’aurore à nos côtés
Et la promesse du jour toujours à venir
.
ECLAIRCIE MCB

7 réponses sur “UN POEME D’ECLAIRCIE”

  1. 4Z2A84 dit :

    Il y a des poèmes auxquels les commentaires quels qu’ils soient conviennent mal. De surcroît, comment analyser ce qui par essence nous transporte ailleurs mais nous demeure insaisissable ? Ces poèmes inspirent d’autres poèmes. Ils n’ont rien à voir avec l’esprit « critique »; ils visent de nouveaux horizons, l’au-delà peut-être. On ne peut leur répondre qu’en les accompagnant dans leur course apparemment vagabonde.
    Merci Eclaircie de nous donner l’impulsion.

  2. Éclaircie dit :

    Merci à toi de me suivre dans ces vagabondages et se donner ta voix pour que le décor soit plus brillant encore.

  3. Éclaircie dit :

    et DE donner ta voix.

  4. Elisa Romain dit :

    Je ne sais que dire. J’ai envie de profiter du bonheur de te lire en catimini…
    Je reprends tout de même la dernière phrase de 4Z, je sais qu’il ne m’en voudra pas :
    « Merci Eclaircie de nous donner l’impulsion. »

  5. Fauchon dit :

    J’ai beaucoup aime: garder l’aurore a nos cotes et les sentiers ouverts sur l’océan, cet océan si cher a Eclaircie, souvent cite, toujours décrit avec bonheur

  6. OulRa dit :

    « Cette vie au-delà des grands murs »… Ha, ces possibles !..
    ;o)

  7. Mikelot dit :

    Tout simplement bluffé par le chant de votre poésie. A lire et à relire, vraiment.

    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.