Aux couleurs du ciel

A la frontière mouvante entre l’océan et le jour
on cherche un fil où poser son sommeil
comme ces toiles étendues au grand vent
qui attendent les mâts pour gagner quelque rive
Ensemble ils inviteront les champs à s’engloutir
puiser la musique pour y trouver la force
de refleurir encore et offrir les abris
aux oiseaux dont les ailes trop lourdes
se sont repliées un soir nouées par le silence
Et le matin verra la brume caresser les falaises
Une plume dessinera l’entrée du chemin.
.
Nous n’avons pas la certitude
Que le ciel nous ouvrira ses portes
Quand nous serons vous et moi dans la boîte
Ou dispersés au gré du vent
Au-dessus des toits en effet rien ne sourit à l’homme
Personne ne lui montre un visage bienveillant
Il ne vient de là-haut qu’averses subites
Le soleil y trône comme un despote sur un charnier
Et la nuit est un prétexte pour dissimuler
Mais parfois à l’aube ou à l’aurore
Quelque chose d’indéfinissable se produit
Une plume petite et légère
Flotte
Danse
Au son lointain d’une flûte
.
Jack l’a rencontrée ici
Entre deux raccourcis
Et un chanteur un peu rose
L’orange l’a rassurée
Alors elle a fermé les yeux
Pour que le vent la baptise
Elle a ensuite déposé son joli crâne
Dans un pot de fleurs vide
Sur une sellette en bois de merisier
Devenue transparente
Dehors les champs restaient jaunes
Même si ici et là
Les arbres semaient leur prochaine récolte
De couleurs et de feuilles
.
Eclaircie, Elisa et 4Z.
.

6 réponses sur “Aux couleurs du ciel”

  1. elisa romain dit :

    Mon premier commentaire a été avalé par mon ordinateur (encore un peu fatigué ce matin). J’écoute avec bonheur le chant de la plume, légère et colorée.

  2. Heliomel dit :

    Ces couleurs du ciel sont brassées par le vent, elles nous créent des tableaux mouvants émouvants.
    Amitiés

  3. 4Z2A84 dit :

    Ce joli crâne dans un pot de fleurs doit-il être arrosé par l’homme ou attendre la pluie ? En ville, on en cultive sur les balcons.

  4. 4Z2A84 dit :

    Même sur la sellette et interrogé par des rustres, il ne parle pas !

  5. 4Z2A84 dit :

    Entre l’océan et le jour : des lueurs – d’intelligence et d’espérance. Puis petit à petit, pas à pas, comme une formation musicale gagne en puissance, le soleil apparaît, perplexe, s’interrogeant : Ai-je vraiment cessé, pendant une nuit de sommeil, de transmettre lumière et chaleur ?

  6. Éclaircie dit :

    Un visage aux contours incertains ou un crâne fleuri, je sais que l’élan pour rejoindre l’océan ou le ciel et la lune ou encore le vent est plus fort que toutes les apparences.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.