Dyspnée

.

Mes montagnes et leur au-delà m’étouffent

Je cherche à respirer l’insipide

Des fleurs perdues de réputation

L’air quand il manque

Des haleines fades d’origine inconnue

A reprendre souffle puis à disparaître

Comme Virginia Woolf

Parce que le monde est trop beau trop riche

Parce que ni le cœur ni l’esprit

Ne sont en mesure d’accueillir

Un tel bonheur : vivre

.4Z2A84


 

9 replies on “Dyspnée”

  1. Éclaircie dit :

    Un poème de 4z qu’un souci technique a effacé.
    Je suis heureuse de le mettre à la une.
    Très, Très belle évocation de cette démesure à savoir vivre la beauté, la grandeur.

  2. chibani dit :

    Mon souvenir à ceux qui me connaissent

    • Éclaircie dit :

      Bien sûr, Chibani, que je vous connais, heureuse de vous trouver, à nouveau, dans notre petit coin de Paradis.
      Et aussi sur ce poème de 4z que je trouve si beau. Quand vivre donne le vertige, quand vivre brûle jusqu’à l’air qui nous entoure, certains choisissent de se fondre à l’immensité. Le monde, la vie, l’univers à vous couper le souffle.

  3. 4Z2A84 dit :

    Par erreur j’ai effacé les commentaires – élogieux – d’Eclaircie et d’Héliomel à propos de ce poème précédemment paru sous un autre titre. Qu’ils veuillent bien me pardonner.
    Eclaircie, tu connais assez Virginia Woolf pour donner du poids sinon un sens à sa disparition avant l’heure.

  4. OulRa dit :

    Le bonheur c’est de lire
     » Parce que ni le cœur ni l’esprit
    Ne sont en mesure d’accueillir
    Un tel bonheur : vivre  »

    Belle émotion.

  5. Éclaircie dit :

    Virginia Woolf, une femme fascinante, dont la vie a oscillé entre des périodes d’exaltation où elle a écrit de merveilleux romans où la poésie est des plus présentes, avec des périodes des plus sombres, dont elle n’a pu ressortir.
    Il nous reste à entrer dans son univers et l’on peut lire et relire et découvrir toujours la richesse de ces évocations, tant des personnages que des paysages.

  6. Heliomel dit :

    Bienvenue Chibani, vite, des fables!
    Amitiés

  7. Elisa-R dit :

    Beau poème . Je garde en mémoire le dernier mot du dernier vers, comme une petite lumière généreuse qui demeure après lecture.

  8. Elisa-R dit :

    Une seule lecture, ce n’est pas suffisant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.