Tourbillon figé.

J’ai soif de toi
Ma langue est rêche
À chercher dans le désert
L’absence de tes larmes
.

Entre lien et chou
L’émoi me noie
D’effleurer ce fuseau fou
Du cou du doigt
.

Tu t’endorphine
Et moi je feins
De ne pas voir
Les monts des draps
.

Chien de fusil
Pour chienne de vie
Règle ta mire
Que je t’admire
.
La barrière en bois lance tous ses yeux
Aux quatre coins des rues sans issues
Pour reconnaître chaque pierre
Des bâtiments avant qu’ils ne s’enfuient
Dans les forêts où ils retrouvent
Les souches pleurant leur tronc et leurs branches
Roche et bois évoquent leur enfance insouciante
Lorsqu’ils détournaient les ruisseaux
Ravis de cette liberté et qui chantaient pour eux
Quand ensemble ils peignaient la nuit en blanc
Pour ne jamais dormir et inviter la lune
A danser avec eux sans troubler aucune ombre
.
Nous n’avons pas toujours été à la hauteur
Mais depuis que la terre a lissé ses moustaches
Nous lisons sans inhibition les grands auteurs
Morts dont il est urgent de poursuivre la tâche
Cultivés nous saurons décrire l’univers
Dans lequel nous errons poussés par des courants
D’air Aux esprits curieux se montrera l’envers
Des décors s’il n’est pas comme l’endroit du vent
De ce vent sur lequel nous nous laissons glisser
Tel l’allant patineur sur la glace ou l’oiseau
Sur le ciel que des mains expertes ont ciré
Comme un parquet – nous y mirons notre museau
.
Tristesse en vagues

Sur les toits des villes

Efface les clochers scintillants

Les coqs ont prévu l’inondation

Des bagages légers alourdissent leur démarche

Mais ils ne sont pas plus ridicules

Sans doute le sont-ils moins

Que la bergère perdue sans ses moutons

Collée en vain au pan de tuiles

Glissant

D’une maison déracinée

Emportée par le flot
.
.
Exécution : Eclaircie, Elisa, Héliomel, 4Z.

7 replies on “Tourbillon figé.”

  1. 4Z2A84 dit :

    Figé ou non, ce tourbillon m’emporte. Bravo et merci à tous !

  2. Éclaircie dit :

    Un titre bien trouvé pour ce voyage dans le temps sur fond à la fois de mélancolie et de fantaisie.

    Merci , oui, merci encore.

  3. chibani dit :

    Je suis venu lire de la poésie et j’ai le plaisir de trouver ici des personnes que j’affectionne beaucoup.
    Compliment pour ces textes. Bien amicalement. Chibani

  4. Heliomel dit :

    Nous ne sommes pas toujours à la hauteur dans ces rues sans issues, mais la bergère, à défaut de moutons veille sur nous…

  5. Elisa-R dit :

    Nous aurions pu être ensemble pour écrire celui-ci.
    Merci à tous pour cet espace à part qui permet de voir encore la ligne d’horizon, quelles que soient les intempéries.

  6. Elisa-R dit :

    Merci beaucoup à Chibani pour sa charmante visite.

  7. Éclaircie dit :

    Vous êtes le bienvenu Chibani, merci de cette visite et des mots laissés.

Répondre à Éclaircie Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.