Joyce Mansour


J’écrirai avec deux mains
Le jour que je me tairai.
J’avancerai les genoux raides
La poitrine pleine de seins
Malade de silence rentré.
Je crierai à plein ventre
Le jour que je mourrai
Pour ne pas me renverser quand tes mains me devineront
Nue dans la terre brûlante.
Je m’étranglerai à deux mains
Quand ton ombre me léchera
Écartelée dans ma tombe où brillent des champignons.
Je me prendrai à deux mains
Pour ne pas m’égoutter dans le silence de la grotte.
Pour ne pas être esclave de mon amour démesuré,
Et mon âme s’apaisera
Nue dans mon corps plaisant.

« le surréalisme, même 2 » printemps 1957

 

Herbes

Lèvres acides et luxurieuses
Lèvres aux fadeurs de cire
Lobes boudeurs moiteurs sulfureuses
Rongeurs rimeurs plaies coussins rires
Je rince mon épiderme dans ces puits capitonnés
Je prête mes échancrures aux morsures et aux mimes
La mort se découvre quand tombent les mâchoires
La minuterie de l’amour est en dérangement
Seul un baiser peut m’empêcher de vivre
Seul ton pénis peut empêcher mon départ
Loin des fentes closes et des fermetures à glissière
Loin des frémissements de l’ovaire
La mort parle un tout autre langage
Cris-édité en 1953

6 réponses sur “Joyce Mansour”

  1. Éclaircie dit :

    Poète d’expression française, d’ascendance égyptienne, Joyce Mansour est née en 1928 à Bowden en Angleterre. Élevée en Angleterre, elle la quitte pour la France en 1956. Elle est proche du mouvement surréaliste et d’André Breton, André Pieyre de Mandiargues, Henri Michaux, Pierre Alechinsky. Son œuvre se caractérise par un ton sombre, un érotisme cruel et un humour noir. Roberto Matta, Hans Bellmer, Wilfredo Lam, Pierre Alechinsky entre autres, illustrèrent ses poèmes. En 1991, l’éditeur Hubert Nyssen, Actes Sud, a rassemblé tous ses écrits avec l’aide de son mari, Samir Mansour. Elle est morte en 1986.
    source : Poezibao.

    Sur le site ESPRITS NOMADES, une page lui est réservée, à lire ou relire.

  2. ELISA ROMAIN dit :

    J’aime beaucoup le premier.
    Merci Eclaircie.

  3. 4Z2A84 dit :

    Merci précieuse Eclaircie.
    .
    Un autre poème de Joyce Mansour :
    .
    « Crème fraîche
    .
    Ma mère me mange
    Me torture
    Et pour m’empêcher de la suivre
    Elle m’enterre
    Je mange ma famille
    Je crache sur leurs débris
    Je hais leurs maladies funambulesques
    Et leurs hallucinations de l’ouïe
    Prenez garde au dentifrice
    Qui blanchit sans détruire
    Mieux vaut s’égayer en dévorant les siens
    Que de marcher à quatre pattes
    Boire
    Ou essayer de plaire
    Aux filles »
    .
    Joyce Mansour 1928-1986 (« Carré blanc » 1965).

  4. 4Z2A84 dit :

    Un poème d’Eclaircie.
    Il y a longtemps que MCB dite Eclaircie ne nous avait pas permis de lire un de ces poèmes merveilleux dont elle a le secret…Un secret comme en possèdent les fées. Voici donc « Dédale ». Certes, il devrait apparaître en « première page » et non ici dans les « cases » réservées aux commentaires…Mais on ne boudera pas son plaisir pour une question de…préséance.
    .

    « Dédale » (25 août 2011)
    .
     » On se perd dans les dédales des escaliers

    A chaque étage le logis semble le nôtre

    Alors que la porte à peine ouverte

    Tout nous semble étranger

    Les murs deviennent hostiles

    Se resserrent pour nous absorber

    Ou nous chasser

    Si l’on parvenait au grenier ou même à la cave

    Serait-ce alors un abri sûr à nos rêves

    Loin de ces cages aux ascenseurs fous

    Qui jamais ne s’arrêtent pour cueillir une couleur

    Ou sur une page que l’on pourrait noircir

    Mais déjà le bâtiment s’éloigne

    Nous rejetant sur le pavé

    Sans même un arbre ou l’océan pour nous bercer »
    .
    ECLAIRCIE

  5. Elisa-R dit :

    Oh ! un poème d’Eclaircie ! 4Z a toujours de bonnes idées. Eclaircie est une fée et lui, un enchanteur.

  6. 4Z2A84 dit :

    Elisa serait-elle une sylphide ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.