La chevelure aux herbes folles

.

Dans l’herbe les vaches

Se noient jusqu’au col

Des vauriens s’y cachent

Redoutant l’école

.

La campagne change

De place en râlant

Du ciel plein d’allant

On expulse un ange

.

Quand elle est privée

De tout combustible

L’âme aime à rêver

D’amour impossible

.

Ces châteaux errants

Ont bien de l’allure

Avec pour torrents

Une chevelure

.

 

On garde la main levée pour effleurer le ciel

Ou retenir le jour et l’on rencontre la lune

Qui doucement se berce dans son hamac blanc

Est-il bien blanc ou nos yeux ne retiennent

Que l’innocence recherchée dans tous les miroirs

Au bord des lacs et des étangs au creux de l’océan

Lorsque de tous nos voyages restent les empreintes

Sur les chemins que personne ne poursuit

Alors royaume des herbes folles et des ronces

Les buissons se ploient protégeant les fruits

Qu’ils offriront si quelque voyageur

Les bras tendus les paupières baissées

Choisit les arbres les plus bavards

Et leur confie les doutes et les secrets de la nuit

.

 

L’orage sur les oranges amères

Attire les Lolitas des gouttières

Caniveaux vaches cochons couvés

Se vautrent sur les lits retrouvés

 

.

 

Les poules mouillées pondent

Des raisins secs à la ronde

Et puis elles font leurs  balluchons

Prennent la route et les bouchons

 

.

 

Mieux vaut être cidres bouchés

Qu’être des cidres ratés

Mais la soif a plus de raisons

Que les raisins dont nous abusons

.

 

L’orage c’est l’eau de vie

Á l’abri l’alambic  a tout pris

Il nous rend les pépins

De nos rêves ondins

.

Quelques heures plus tôt

 

L’araignée était sympathique

 

Epilée et joueuse

 

Mais le temps avait  glissé quelques plages

 

D’un sable pesant

 

Sur le visage aimable du jour

 

L’animal qui se présenta

 

Déguisé en as de pique

 

Laissait deviner une queue d’écrevisse

 

Sous le sombre

 

De son épaisse fourrure

.

 

 

Ont participé :

 

 

4Z2A84

Elisa-R

Eclaircie

Heliomel

 

9 réponses sur “La chevelure aux herbes folles”

  1. phoenixs dit :

    Petites mains pour toile infinie me font penser à Paul Fort ceux-là :

    « Ces châteaux errants

    Ont bien de l’allure

    Avec pour torrents

    Une chevelure »

  2. Éclaircie dit :

    Le vent de l’orage entraîne les animaux, les éléments, la nature et même ces « on » dans d’étranges volutes, qui sont bien sûr, chevelures.

  3. Éclaircie dit :

    Toujours ravie de trouver les mots de phoenixs.

  4. ELISA ROMAIN dit :

    On s’amuse comme des petits fous dans ces « herbes folles ».

  5. Fauchon dit :

    Tiens, j’ai même vu un lapin bleu!

  6. ELISA ROMAIN dit :

    Sous l’arbre qui parle ? Ou aux côtés des « châteaux errants » ?…Je crois qu’il chassait la sardine !

  7. Fauchon dit :

    Non,non, sous l’as de pique

  8. 4Z2A84 dit :

    La nature revisitée par quatre amateurs d’insolite. On y trouve de tout surtout le meilleur lorsque l’on sait choisir entre poncif et création. Bravo à tous ! Cultivons sans états d’âme ou scrupules notre « grain de folie ».

  9. lobut dit :

    Je te cherche « éclaircie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.