Cosmos

.

Quand les fleuves après un saut prodigieux

Se télescopent mêlant leurs eaux

La lune écarlate et jaune les filme

Et enregistre le vacarme produit par leur rencontre

Comme celui des forêts qui se heurtent

Sous son œil glauque à peine embué

Les ports secouent leurs navires à l’ancre

Et la mer monte et bout dans la casserole

Que l’on écarte du feu pour la vider dans le bol

Autour duquel les lèvres ramperont

Telles deux limaces autour d’un melon

Alors s’il pleut les jardins tendront les reins

Et la grêle mitraillera la terre assoiffée

Jusqu’à l’épuisement de ses munitions

.

Une île a jailli de la frondaison des arbres

Et les feuilles bercées par le vent sont les vagues

Où quelque oiseau du large vient se perdre au matin

Nichant au creux des toits ouverts sous les orages

Désertés dans l’été et l’appel du lointain

Un homme seul assis se mêle à ce décor

Indifférent au monde et son rythme bizarre

Entre ses mains un luth la musique s’envole

Parlant pour lui là-haut à l’écho des passants

Lancés sur les chemins poursuivant l’impossible

.

Les manches à l’air les pulls discutent

Glissent sur le fil d’une anodine conversation

A dominante rouge

Au contraire la fusée mise tout sur le vert

Et s’élance sans réfléchir dans le ciel

Bien que la nuit se prépare pour sortir

Fardant ses yeux d’ombres légères

Ce ciel est plutôt  bleu

Bleu

Comme les yeux d’un enfant

Qui découvre la mer

.

Ont participé :

Elisa-R, 4Z2A84, Eclaircie

4 replies on “Cosmos”

  1. Éclaircie dit :

    De là-haut, nous apercevons quelques signaux de fumée, Héliomel nous fait signe depuis la grotte qu’il a choisi pour ses vacances !

  2. 4Z2A84 dit :

    La lune, les vagues, la couleur des yeux et de la mer, un homme et son luth, des fusées attendant que le feu passe au vert, des toits ouverts aux orages, et puis des forêts à partager entre trois poètes qui savent parler aux arbres et se faire aimer des nuages, du vent et de l’azur.

  3. Fauchon dit :

    Il ne me reste qu’a ramer pour vous rejoindre, je regarderai la nuit des perseides pour choisir la couleur de ma comete

  4. Elisa-R dit :

    J’ai eu l’impression, en lisant ce matin, de devenir cet « homme seul assis », à l’écoute du fleuve et des conversations anodines.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.