de toutes nos promesses

DE TOUTES NOS PROMESSES

.

J’irai courir la nuit sur ton joli rivage

Faisant à chaque fois, ce merveilleux voyage.

Je laisserai mes doigts forcer les interdits

En osant quelquefois les plus folles caresses.

Je veux te découvrir, gouter aux inédits,

Pour allumer le feu de toutes nos promesses.

.

J’irai courir la nuit sur ton joli rivage

Pour voir tout le bonheur briller sur ton visage.

Je veux les effacer tous ces instants déçus

Accrochés aux remparts de ces fausses détresses.

J’espère en ce désir des printemps revenus

Pour allumer le feu de toutes nos promesses.

.

J’irai courir la nuit sur ton joli rivage

Bousculant dans un lit, les fruits de ton corsage.

En te déshabillant devant le grand miroir

Tu deviendras l’objet de toutes mes tendresses.

Le plaisir reviendra parmi nous dans le noir

Pour allumer le feu de toutes nos promesses.

.

J’irai courir la nuit sur ton joli rivage

Où je pourrai braver la tempête et l’orage

En suivant le chemin que trace le destin.

Je vis dans ton regard les plus belles sagesses

Et nous partons à deux nous tenant par la main

Pour allumer le feu de toutes nos promesses.

.

jc blondel

2 réponses sur “de toutes nos promesses”

  1. 4Z2A84 dit :

    Très joli poème.
    Un pied de trop dans l’avant dernier vers. Supprime « en » ou « par » : tu as le choix.
    « Je laisserai mes doigts bouger les interdits » : dans ce vers « bouger » à propos d’interdits ne me plaît pas trop. Ne trouves-tu pas que « forcer » conviendrait mieux ? (on peut forcer avec douceur).
    Amicalement.

  2. jc-blondel dit :

    merci de la lecture et pour les correction et les idees
    amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.