Fafrotskies

.
.
.
Ça me mouille la mémoire
Les rires en flic, flaques, floc

Ça me pleut dans le cou
Des gouttes de baleine

Ça me glisse à l’entre col
Postillons de rambarde

Ça me goutte dans l’œil :
Des spectres en fil à linge
S’amusent à train fantôme
En tirant sur leurs pinces

Ça me pleut des grenouilles
Au moins jusqu’aux lentilles

Ça me pisse à la joue
Un crachat de gargouille

Ça me mouche chandelle
Une averse de porche

Ça bruine des ronds dans l’eau
L’essaim des météorites

Ça me joue dans les tours :
Des spectres de gibbeuse
Faubergent en train fantôme
À crocheter leurs pinces

Ça me coule dans les manches
Chanson des Frères Jacques

Ça pleut dedans ma bouche
La prune de famille

Ça me grince la nuit des dents
Les comètes en orages

Ça me rouille le gond
Toutes ces fafrotskies*
.
.
* «Fafrotskies» : Pluies constituées de choses étranges. Condensation de « falls from the skies » (terme forgé par le cryptozoologue Ivan T. Sanderson.)
.
.
.

4 réponses sur “Fafrotskies”

  1. 4Z2A84 dit :

    Un exercice ou un jeu…ou un travail ludique sur les mots, lesquels occupent sans trop se faire prier une place imprévue dans un nouveau contexte. Clichés et poncifs sautent comme les serrures et les cadenas entre les mains du cambrioleur habile, oulipien ou pas.

  2. Éclaircie dit :

    Lorsque le poète s’inspire de tout ce qui goutte à portée de son ciel.

  3. OulRa dit :

    Pas OuLiPien 4Z2A84, juste un petit texte qui tombe en pluies…
    Et d’y jouer dans les flasques.
    😉

  4. OulRa dit :

    Éclaircie
    ;-3)
    Crachin, mousson… Quelques gouttes de vinaigre, allongées d’un trait de grenadine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.