Le secret des boîtes

Un crâne cerclé de songes élastiques

Sauta de la vitrine pour suivre une passante

Amoureux depuis des lustres

Il aimait la lumière

Reflétée par la soie des jambes sous les bas

L’inconnue allongeait le pas

A peine distraite par le bruit des bonds

Que la tête sans cervelle

Emettait en sautant d’un souvenir

A l’autre

…….
Un petit fume en ville

Danse comm’ funambule

Au cœur du square de l’ile

Et dans les opuscules

Alors que les volets se ferment aux volutes

Que les chiens inquiets entendent un air de flûte

Les enfants bien trop sages

Connaissent le tourment

Quand ils prendront visage

Deviendront firmament

L’arbre trop jeune encore affronte la tempête

Pourtant déjà bien grand il envahit ma tête

L’herbe de couleur verte exhale son essence

La nuit peut enfin dire Quelle belle naissance

On n’offre plus son cœur

Mais sa cervelle la veux-tu la voilà

On s’y perd en circonvolutions

Sans un Thésée pour nous aider à garder le fil

Sans une Ariane pour tirer sur sa pelote

Le cortex offre des surprises

C’est un pays où les fleuves se réunissent

Pour élire la plus gente rivière

Ils s’illusionnent encore à propos des valeurs masculines

D’un hémisphère à l’autre on se fait des signes

On se renvoie sa tête

Sans garder d’elle un souvenir

Nos boîtes crâniennes interchangeables

Soupirent en se croisant dans l’espace

Parmi les pois de senteur
Il y a un grand trou

Le catalpa n’est plus

Vaincu par la froidure

Rangés contre le mur

Soigneusement coupés

Ses doigts finiront en fumée

Ultime service rendu

La sève s’est retirée

Laissant comme un tunnel

Au centre des rondins

Rangés comme des tuyaux

Le vent s’est tôt levé

Jouant sur les bois sciés

C’est la flûte qui inventa l’homme

Et non le contraire

Les images du jour ont été jouées, dessinées et coloriées par Eclaircie, Héliomel, 4Z et moi-même.

6 réponses sur “Le secret des boîtes”

  1. Éclaircie dit :

    Crâniennes, à biscuits, bonbons, friandises ou chapeaux, quel secret ! Oh, mais je vois le cerveau de l’un de nous, peut-être de tous, planer dans ma mansarde. je ne sais si je dois ouvrir ou fermer la fenêtre, pfff ou m’envoler en fumée avec vous.

    N’oubliez pas vos bas, vos catalpas ni vos voilà pour nos houras.

  2. Elisa Romain dit :

    Quel plaisir en découvrant vos textes !

  3. Heliomel dit :

    Etonné une fois de plus, je commence à m’inquiéter! Existe-til un médium parmi nous?

  4. Éclaircie dit :

    Bah ! Héliomel laissons nous porter, emporter par ce qui nous dépasse, on va ainsi plus loin.
    (je crois sincèrement que nos cerveaux travaillent plus vite que nous et sans toujours nous prévenir, on dit c’est la magie)

  5. 4Z2A84 dit :

    Magique comme la baguette changée en parapluie par sa fée.

  6. 4Z2A84 dit :

    Des boîtes tout peut surgir.
    Le meilleur comme le pire.
    Ici le meilleur l’emporte haut la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.