UN POEME DE MAX JACOB

Un poème de MAX JACOB

.

.

« Il se peut qu’un rêve étrange
Vous ait occupée ce soir
Vous avez cru voir un ange
Et c’était votre miroir
.
Dans sa fuite Eléonore
A défait ses longs cheveux
Pour dérober à l’aurore
Le doux objet de mes vœux
.
A quelque mari fidèle
Il ne faudra plus penser.
Je suis amant, j ai des ailes
Je vous apprends à voler
.
Que la muse du mensonge
Apporte au bout de vos doigts
Ce dédain qui n’est qu’un songe

Du berger plus fier qu’un roi. »

.

.

Max Jacob 1876- 1944

Le Laboratoire Central (1921).

.

.

.

Le 24 février 1944, à la sortie de la messe du matin qu’il venait de servir,

la Gestapo arrête Max Jacob. Il meurt le 5 mars au camp de Drancy.

.

4 commentaires sur “UN POEME DE MAX JACOB”

  1. Éclaircie dit :

    Encore une rencontre émouvante.
    L’auteur son histoire et ce poème
    que j’ai déjà lu (dans l’anthologie de la poésie du XXeme siècle ?)
    Composé en vers rimés de 7 syllabes, ce qui j’avais lu aussi est rare. Avec un thème flou à loisir donnant une atmosphère charmante et enviable.

  2. 4Z2A84 dit :

    Max Jacob est un poète du mouvement et de la fantaisie. Son oeuvre est très diverse. D’une étonnante virtuosité. Qu’attendent les éditeurs pour réunir tous ses ouvrages dispersés en « Oeuvres Complètes » comme on vient de le faire pour Reverdy dont il fut l’un des amis à Montmartre ?

  3. oulRa dit :

    Une rencontre, un rêve, c’est ça…
    Là, Max Jacob est quelque part et regarde ces ailleurs de nous en nous.
    Un monocle perçant.

  4. Cochonfucius dit :

    « Vous avez cru voir un ange
    Et c’était votre miroir »

    Compliment sobre et souriant… toute la douceur du vieux poète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.