Le fil

Neuve sous blister
L’hélice est lisse
.
L’hélice aux délices est là
Ellis Island
.
Climatisation
Acclimatation
Langues rocailleuses
Des Carpates ou de Dublin
.
La statue des privautés
Porte le flambeau des abusés
Adeptes du bonheur prêt à porter
Une heure de gloire, une vie d’enfer
.
Catacombes pour un navire épuisé
.
Les quais des futurs laquais
S’effritent au soleil et à la pluie
Des premiers jours de liberté
.
A l’est de ce jour le temps hésite attend
Le coucou ne peut rien que chanter l’abandon
La coquille est brisée le bleu est inutile
Tandis que la terre ouverte accueille le nid
Le sommeil en sourdine étanche la soif
L’heure est rose encor le pas attend le vent
Sous l’assiette au mur l’engrenage soupire
L’aiguille ne sait plus quelle sera la saison
Et les doigts égrenant un chapelet absent
Invitent le souffle parfumé de l’enfant
.
.Quand la lune à lunette astronomique
.
Penche la tête vers l’univers
La musique emplit les verres d’un liquide
.
Conducteur
.
Les chars fleuris les mamelons de fruits
Se gorgent de petits signes ronds
.
Noirs blancs silencieux ou sonores
.
Et la terre tressaille jusqu’au fond de nos entrailles
Roses et fraîches à souhait
.
Nous travaillons avec la mer sur un tricot
Dont chaque vague aura pour mission d’abriter
Les animaux frileux chassés par des moussons
Loin de leur nid mais de ce nid rien ne s’envole
Car les oiseaux trop lourds digèrent les poissons
Qu’ils ont ingurgités comme on déleste un bol
Du lait trait sous la lampe à l’intention de celle
A qui sourit puis s’offre en guise de croissant
La lune malicieuse une corne trempée
Dans un café brûlant dont le parfum réveille
Le vieux chien il dormait ronflant comme un moteur
Et rêvait d’une vague en chair et de pelote
De laine ayant pour fil infini l’horizon
.
Le fil n’était pas fourni par Ariane mais par Eclaircie, Héliomel, 4Z et moi-même.

6 replies on “Le fil”

  1. Elisa-R dit :

    Découvrir les textes des autres avant tout le monde est si plaisant que je me sens incapable d’attendre l’après-midi pour partager ce bonheur du vendredi avec vous.

  2. Éclaircie dit :

    Ah ! la coquine, je le sentais ! me voilà… mais je passe en coup de vent et reviendrai mieux lire.

    Je tiens bon ma part de fil celle qui me relie à vous…

  3. 4Z2A84 dit :

    Les Quatre se laissent aller. On ne sait où mais ils y vont. Et je les accompagne entre terre et ciel, et même au-delà. Car lorsque les poètes se fient à leur imagination, on voyage aussi dans l’Inconnu; le Fil sur lequel on marche en funambule consommé y conduit.

  4. Elisa Romain dit :

    Je reviens lire, le poème et vos commentaires. Je ne me lasse pas de ces surprises du vendredi !

  5. Éclaircie dit :

    Je ne me doutais pas de pouvoir tenir en équilibre sur un fil si beau, sans doute parce que nous y sommes quatre et que vous assurez l’équilibre à l’ensemble.

  6. Heliomel dit :

    Un fil positif, conducteur sans mise à la terre, pas très prudent mais tellement agréable!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.