Deux poèmes de Georges Mogin dit Norge

.
.
LA FAUNE

Et toi, que manges-tu, grouillant ?
– Je mange le velu qui digère le
pulpeux qui ronge le rampant.

Et toi, rampant, que manges-tu ?
– Je dévore le trottinant, qui bâfre
l’ailé qui croque le flottant.

Et toi, flottant, que manges-tu ?
– J’engloutis le vulveux qui suce
le ventru qui mâche le sautillant.

Et toi, sautillant, que manges-tu ?
– Je happe le gazouillant qui gobe
le bigarré qui égorge le galopant.

Est-il bon, chers mangeurs, est-il
bon le goût du sang ?
– Doux, doux ! tu ne sauras jamais
comme il est doux, herbivore !
.
.
.

ŒIL POUR ŒIL

Aime-toi bien, hirondelle,
Aime-toi bien, haridelle,
Tu n’as que toi pour cervelle
Tu n’as que toi pour ancelle.

Tes petits cris dans l’azur,
Tes craquements de fémur,
Sont tes amours les plus sûrs
Passés, présents et futurs.

Bouvreuil, chevreuil, écureuil
Le monde est là, sur ton seuil
Tu n’as que toi pour accueuil,
Tu n’as que ton œil pour œil.

Vie à plume, vie à laine,
À coquille, à poil, à graine,
Tu n’as que toi pour haleinel,
Pour nuit, pour jour, pour semaine.

Frissonnant dans ton pelage,
Foisonnant dans ton ramage
Bête qui voles, qui nages
Bête d’eau, de bois, de plages.

Regarde d’un œil cuisant,
Hume d’un museau luisant
Le songe vert et flottant
Qui passe avec ses printemps.

Serre-toi dans ta hantise,
Goûte-toi dans ta betise,
Tu n’as que toi pour chemise
Pour jeu, pour cœur et pour guise.

Bêtes et gens, gens et bêtes,
Hirondelles, mauviettes,
Vaches, veaux, corbeaux, poètes,
Aimez fort ce que vous êtes.
.
.

5 replies on “Deux poèmes de Georges Mogin dit Norge”

  1. Éclaircie dit :

    Merci OulRa de ce partage, je connaissais le premier, pas le second. Il a un regard très intéressant sur le « Vivant ».
    Des mots de lui que j’aime
    «  » »
    Norge (Extraits de Les Oignons, 1953)
    Je mets beaucoup d’ordre dans mes idées.
    Ca ne va pas tout seul:
    Il y a des idées qui ne supportent pas l’ordre
    Et qui préfèrent crever.
    A la fin j’arrive à avoir beaucoup d’ordre,
    Et presque plus d’idées
    «  » »

  2. Yokshares dit :

    Un bestiaire avec une philosophie humaniste…aimons les choses non pas comme on voudrait qu’elles soient, mais comme elles sont…

  3. OulRa dit :

    Un poète très pluriel… ;-3)

     »
    Conseils

    Ne jetez pas les membres dans la Seine, ça fait des complications. Ne coupez pas les cadavres en morceaux, ça fait des complications. Ne tirez pas, n’empoisonnez pas, ne poignardez pas, ça fait des complications. Persuadez la victime par la douceur, la patience, le dévouement, le sacrifice, l’amour. Elle tombera d’elle-même comme une poire mûre.
    « 

  4. Éclaircie dit :

    Oui, et qui aime jouer avec les mots, les sons et les idées.

  5. OulRa dit :

    Il aime les mots ‘qui truculent’, mais pas seulement, il les essort, les mots…
     » …

    En route pour l’arc-en-ciel
    Qui luit au fond de la glaise.
    Et chiche au petit malaise
    D’être si vite éternel.
    Zoum-zoum
     »
    extrait de Morts des morts.
    Gros gibier-Seghers-1953

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.