La salle aux secrets

Au cocher assoupi je préfère

Le  marin qui renifle les étoiles

Car les draps de ses rêves

Sont ses plus belles voiles

.

La vague  murmure

À l’oreille de ses anneaux

Il accoste à Grenade

Dans les jardins de jade

.

De sa blanche dentelle

La  sierra Nevada

Ecoute les rumeurs

De la salle aux secrets

 .

En longeant le bassin

Où dort le flot si pur

Il voit les bleus cyprès

Comme  des phares éteints

 .

L’eau captée est immobile

Il neige sur Grenade

3 réponses sur “La salle aux secrets”

  1. 4Z2A84 dit :

    Très évocateur, ce poème. « Le marin qui renifle les étoiles », « les bleus cyprès comme des phares éteints », « l’eau captée immobile », la « neige sur Grenade » ne s’oublient pas. Quant à « la salle aux secrets », une fois ses portes franchies et ses rumeurs triées, on la visite et l’on y écoute un poème mystérieux dont le premier vers est  » Au cocher assoupi je préfère… »

  2. Éclaircie dit :

    Marin des confluences, beau texte plein de « secrets ».

  3. OulRa dit :

    … Je sens un contemplatif qui, voyageur allongé sur son lit, se promenne à l’écoute et l’évocation de ses souvenirs.
    Comme dit le proverbe, « Le voyage est un retour vers l’essentiel. »
    Seriez vous photographe ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.