Une douzaine de vermisseaux… (comptine)

.
.
.
Quand c’est printemps dans ma ville
On sort les cages à zoziaux
Pour qu’ils bronzent et/ou babillent
Un peu tout d’même à leurs barreaux

On r’connait les serins de Madame Tartampion
Les perruches ébouriffées de Trucmuche
Et le gris perroquet gras du Gabon
Qu’on entend jusqu’à Ménilmuche

Et même que s’il fait un peu frais
Pour qu’ils ne s’enrouent pas tra-la-la
On leur tricote des écharpes et des bonnets
Très indigestes pour les chats

Na !
.
.
.

3 réponses sur “Une douzaine de vermisseaux… (comptine)”

  1. Éclaircie dit :

    Une comptine toute printanière ! c’est le chat qui va être déçu !

    Fraîcheur et « gavrocherie » dans cette chanson-nette.

  2. 4Z2A84 dit :

    Quand l’air ne les prend pas les oiseaux doivent le prendre et chanter sur lui.
    Un régal.

  3. OulRa dit :

    Merci Éclaircie,
    Merci 4Z2A84,
    Une comptine dictée par le chant des canaris et perruches qui se glissaient par la fenêtre… Et des chats furtifs.
    Début de printemps.
    ;-3)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.