Avare de Michel Leiris

.
M’alléger
Me dépouiller

Réduire mon bagage à l’essentiel

Abandonnant ma longue traîne de plumes
De plumages
De plumetis et de plumets

Devenir oiseau avare
Ivre du seul vol de ses ailes
.

8 réponses sur “Avare de Michel Leiris”

  1. Éclaircie dit :

    Je ne connais cet auteur que par quelques écrits croisés sur « Poezibao  » , merci du choix , « avare » oui, mais pour atteindre l’essentiel.

    «  » »
    Michel Leiris, né le 20 avril 1901 à Paris et mort le 30 septembre 1990, à Saint-Hilaire dans l’Essonne, est un écrivain, ethnologue et critique d’art français.
    Michel Leiris est né au sein d’une famille bourgeoise cultivée habitant au 41 rue d’Auteuil dans le seizième arrondissement.
    Sa famille le pousse contre son gré à faire des études de chimie alors qu’il est attiré par l’art et l’écriture. Il fréquente les milieux artistiques après 1918, notamment les surréalistes jusqu’en 1929. Il se lie d’amitié avec Max Jacob, André Masson, Picasso, etc. Son œuvre a marqué les recherches ethnographiques et ethnologiques.
    source Wikipédia

  2. 4Z2A84 dit :

    On dit que « La Règle du Jeu », autobiographie du même Leiris, serait un chef-d’oeuvre…Le nombre de livres magnifiques que je n’aurai pas lus me semble infini.

  3. OulRa dit :

    Éclaircie, 4Z2A84, je m’autorise le conseil : lisez Leiris.
    Vous avez la chance de ne pas encore le connaître, j’envie votre découverte.
    Biffures/Fourbis/Fibrilles et Frêle bruit (soit La règle du jeu) sont absolument passionnants pour qui aime le langage. C’est brillant, foisonnant, nourrissant et lu-mi-neux!
    J’ai lu cela, à l’époque, très sérieusement (en cornant, soulignant avec méthode…) et je ne crois qu’une seule page soit ressorti non mâchonnée par mes soins.
    Je le trouve très injustement oublié.
    Promis. Quand j’aurais rouvert tous les cartons de bouquins, je vous poserai d’autres textes de lui.

    « Amour vous mord, vous moud, vous cloue, mais vous ouvre âme et corps »
    Langage tangage ou Ce que les mots me disent
    M.Leiris

  4. 4Z2A84 dit :

    Leiris… »injustement oublié »…n’est-ce pas excessif ? « La Règle du Jeu » est dans la prestigieuse « Bibliothèque de la Pléiade »…donc quasiment…immortelle !

  5. OulRa dit :

    @ AZ2A84
    Je ne savais pas que la règle du jeu était en pléiade… (Ils ont donc bon goût! (sourire)). Mais est-il lu pour autant?..
    Bon, allez, je confesse un emportement.

  6. OulRa dit :

    Un petit autre du même auteur : Automne

    Automne

    Ce que j’écris et qui,
    doré par mon orgueil,
    me semble traits de feu
    n’est peut-être que lueurs sur un marécage
    ou flamboiement de feuilles mortes.
    .

  7. OulRa dit :

    du même…
     »

    Poésie?

    Cette chose sans nom
    d’entre rire et sanglot
    qui bouge en nous,
    qu’il faut tirer de nous
    et qui,
    diamant de nos années
    après le sommeil de bois mort,
    constellera le blanc du papier.

    « 

  8. Éclaircie dit :

    Merci Oulra
    Ce poème me ramène à la discussion sur l’immortalité, si j’ai bien su lire les trois derniers vers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.