Les Amours…

LES AMOURS DU CAMELEON ET DE LA TORPILLE

SOUS UN TILLEUL

PAR UN PETIT MATIN FRAIS

DU DEBUT DE JUILLET

.

Une patte devant

Une patte derrière

Un œil devant

Un œil derrière

.

Un jeune caméléon

Cherchait le grand amour

Et ne trouvait que des kleenex

Au lieu du drap de lin rêvé

.

Les mouches sur le dos

Faisaient des ronds bruyants

Sa langue était râpeuse

Elle devint inutile

.

Il prit un quartier de lune

Faucha toutes les étoiles

Et quand la nuit fut d’encre

Il trouva les soleils fades

.

La lune gourmande termine sa barbe à papa
Quelques filaments sucrés lui collent encore
Au nez aux contours de la bouche même sur les joues
Le tilleul l’attire à lui protecteur et paternel
De ses branches maigres et nues il caresse la peau laiteuse
Lui  rendant tout son éclat enfantin
Les rires pourront fuser au bord de la nuit
Même au bord du toit dont elle n’est pas tombée
Posée délicatement dans la dernière flaque d’eau 
Du petit matin frissonnant elle se repose un instant
Avant de reprendre sa course avec le vent

.

Dans la salle de cinéma submergée

La torpille a le choix entre mille fauteuils

Mais elle ne cherche pas une place

Ni de quoi recharger ses batteries

Ne nui offrez pas un séjour sur l’écran

Ni votre cœur enveloppé dans un chiffon

Car les décharges électriques

Qu’elle produit dès qu’on l’approche

L’ont rendue insensible

Mais avec le temps tout s’arrangeant

Je garde espoir

De lui donner en mariage mon fils aîné

Celui qui charme rats et serpents

Un joueur de flûte aux longs doigts

.

Les candidats s’avancent vers la ligne d’arrivée
Les soupières et les pommes valsent dans les vers
Petit matin frais du début de juillet
Le public affamé noue une serviette sous son large et gras menton
Les lames de couteaux affûtées capturent chaque rayon de soleil
Les tambours réguliers et rapides donnent aux poèmes un rythme
Que seuls les plus légers suivent sans trépasser
La chair des spectateurs s’effondre dans les strophes
Tandis que la première tête coupée est roulée dans sa serviette

.

Se sont compromis dans cette « suite » :

Eclaircie,

Elisa R.,

Héliomel,

4Z2A84.

6 replies on “Les Amours…”

  1. 4Z2A84 dit :

    J’en reste…médusé !

  2. Michel Fauchon dit :

    La torpille n’est pas tombée de la

  3. Michel Fauchon dit :

    La torpille n’est pas tombée de la dernière pluie!

  4. Éclaircie dit :

    Voilà une bien étrange faune de jour comme de nuit même au creux des salles obscures, on en perdrait la tête pour ces belles amours !

  5. Elisa Romain dit :

    Chaque vendredi est un délice et me compromettre en votre compagnie aussi !

  6. oulRa dit :

    Métamorphose! Vos esprits jouent aux caméléon…
    Et les bras du lecteur tombent au fur et à mesure vos strophes.
    Réjouissant!

Répondre à oulRa Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.