La poésie n’a pas besoin…-4Z2A84

La poésie n’a pas besoin d’être lue
Seule elle fleurit
Au bord des toits
A l’angle des vieux murs
Je l’ai vue entre deux persiennes
A l’instant où elles se séparaient
Pour laisser la place à un visage
Un visage derrière une vitre
Le visage de n’importe qui
Ton visage
Mon visage
Tous les visages se ressemblent
Ils se rassemblent et n’en forment qu’un
Le même sourire éclaire les même bouches
Les lèvres s’allongent pour baiser d’autres lèvres
Elles se rencontrent dans l’espace
Comme deux oiseaux en plein vol
Comme deux avions se percutent
Comme une météorite fracasse la terre
Et poursuit son chemin
Tiens vous êtes mort moi aussi
Cela ne nous empêche pas d’aller à la pêche
Au goujon
C’est tout ce qui reste dans nos viviers
Une maigre friture
Nous mangerons davantage dans une vie parallèle
Nous nous goinfrerons de graisse
Et nous arborerons d’énormes bides
Volumineuses comme des montagnes
Nos selles nourriront des troupeaux entiers
D’hommes et d’animaux obéissants
Nous y cultiverons la poésie
Dans des jardins secrets
D’où nous regarderons les arbres
Escalader nos flancs
En cordée tels des alpinistes
Et puis nous nous ennuierons
Nous nous ennuierons jusqu’à la prochaine étape
Jusqu’à la prochaine explosion

.

4Z2A84

2 réponses sur “La poésie n’a pas besoin…-4Z2A84”

  1. Éclaircie dit :

    Presque six mois d’existence, et trois cents poèmes valaient bien de laisser la parole à 4Z2A84 et sa « fertile inspiration » pour ouvrir le passage à la centaine suivante.

  2. Heliomel dit :

    En attendant, dévorons ces lignes qui nous emmènent vers les carrefours de nos rêves, bonne continuation, 4Z 2A84

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.