Le train que l’on n’a pas pris – poème d’Eclaircie

Le train que l’on n’a pas pris

Les couloirs bleus s’enfuient quand le pas les emprunte
Même dans le désert le pied  poursuit  sa marche
Comme les trains de nuit qui épousent le vide
Lorsque ponts et tunnels ont déserté les lignes
Préférant l’océan et le chant des poissons
Pour tracer cette voie qui mène à nos matins
Equilibriste alors sur l’invisible fil
Ce sont vos mains tendues qui assurent l’aplomb
Dans le bruit fracassant des rouages avides
Des rues qui happeraient jusqu’au dernier passant
Quand les gares fermées repoussent sur la ville
Les voyageurs surpris de n’être pas plus loin

.

Eclaircie – M.C. B.

3 réponses sur “Le train que l’on n’a pas pris – poème d’Eclaircie”

  1. 4Z2A84 dit :

    Génial. La poésie comme je l’aime.

  2. ®Db dit :

    Texte envoutant en fil d’Ariane.

    🙂

  3. Éclaircie dit :

    merci aux passagers, même si le train peut sembler fantôme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.