Le chant du silence

Quand j’étais pierre sans mousse
J’ai habité la Croix-Rousse
Façades grises d’alors
Aujourd’hui d’ocres et d’ors.

Les métiers ne chantaient plus
Déjà le chant des canuts.
Loin des quartiers dits sensibles,
La vie y était paisible.

On aurait dit un village,
Mais ce n’était que mirage…

Depuis j’ai goûté le chant
Du silence du couchant

Du vol de la libellule,
De la lune funambule,
De la source au fond des bois,
Des étoiles sur mon toit.

4 réponses sur “Le chant du silence”

  1. Éclaircie dit :

    Ah ! la Croix-Rousse, qui m’a vue naître, la mousse collait aux pierres qu’étaient mes parents. Chaque lieu apparaît au regard de celui qui le traverse, puis on trouve son nid, le mien ressemble au tien.

  2. Air-pur dit :

    Eh bien, ravi de t’avoir rencontrée, toi du Dauphiné, moi du Morvan.

  3. Heliomel dit :

    ça me fait penser à Félicité de la Croix Rousse (Exbrayat)

  4. Air-pur dit :

    De très loin, alors, car il n’y a ni vieilles filles, si suspense, juste l’évocation de la Croix Rousse (et du Gros Caillou)…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.