Permanence

 

Indifférent

le fleuve submerge

les humeurs humaines

leurs espoirs leur sueur.

C’est un pays de rocs

et de schistes

un pays d’ombres bleues

où le vent délire.

Un pays au cœur

si vieux

qu’il a oublié le bercement

de la mer reculée.

C’est un pays pudique

taiseux de naissance

saturé d’éclats de fer et de scories

un pays de plaies et de bosses

de larmes et de rires.

Un pays de rêves rougis.

Indifférent

le fleuve serpente

et ravage les rêves.

Ses eaux musardent

ou se pressent

loin des heures naufragées…

C’est un pays au cœur tendre

celé

qui ne s’offre qu’au marcheur entêté.

9 réponses sur “Permanence”

  1. Air-pur dit :

    Ce pays semble bien rude, mais sans doute très attachant pour qui sait s’y prendre.

  2. dusha dit :

    Merci Air.
    Un pays rude, oui. Je ne l’ai pas encore tout à fait apprivoisé… Sauvage et rebelle aussi, tout comme le plus célèbre de ses fils, Rimbaud.

  3. Elisa-R dit :

    Juste un bref passage pour dire à quel point j’ai aimé lire ces mots…

  4. 4Z2A84 dit :

    Je ne parviens pas à donner un nom à ce pays ni à ce fleuve (car les Ardennes, pays de Rimbaud ont infiniment de charme notamment à travers les récits de ce merveilleux conteur qu’est André Dhôtel ). Aussi pour moi s’agira-t-il d’un pays imaginaire. Tu en décris la rudesse dans un poème dur, un peu laconique, adapté à son sujet. Des rires et un coeur tendre adoucissent l’ensemble.

  5. dusha dit :

    4Z… Il y a deux Ardennes : la campagnarde et la forestière.

    André Dhôtel était de la campagne, je connais bien son village d’origine où j’étais encore en juillet… Des champs, du blé, des fruits, des vaches…

    Mon Ardennes, qui aussi celle de Rimbaud (enfin, presque pour lui), est forestière et industrielle : des arbres, des sangliers, des oiseaux par milliers, un lac, des rivières poissonneuses, de l’ardoise, du fer, des fonderies et aussi le souvenir de rudes batailles lors de la dernière guerre.

    Rien d’imaginaire, je parle de mon Ardenne.
    Celle de Dhôtel, je ne la connais pas assez… à vrai dire, je préfère la forestière, plus rude peut-être, mais très belle.
    Rien d’imaginaire

  6. Éclaircie dit :

    Évocation d’un pays de contrastes qu’il faut savoir « apprivoiser » , j’aime cette approche de ce « rude pays » .

  7. Air-pur dit :

    Tu vois, il n’y aurait pas eu cette évocation de la mine, ton poème aurait pu s’appliquer au Morvan où la rudesse du cœur des hommes n’a d’égale que la beauté sauvage de ses lacs et de ses forêts profondes.

  8. dusha dit :

    Merci Elisa et Eclaircie.

    Je connais très peu le Morvan, Air… C’est une idée pour une prochaine escapade, dès les beaux jours. 😉

  9. grain de fable dit :

    Cher »e » Dusha, je viens de trouver le moyen de lire ce qu’écrivent les autres… J’en suis très fier…
    Je ne serais pas plus bavard que d’habitude, mais je tenais à vous donner mon avis.
    Je ne vous félicite pas, bien au contraire… Je trouve vos textes néfastes. Quand on est en pleine récession, ce devrait-être un devoir moral pour tous de s’associer à la vie économique de notre pays.
    Comment voulez-vous que l’industrie s’en sorte. Que faites-vous pour des firmes comme Kodak, et Angénieux firme Française qui fabrique des appareils photo Français. Pensez-vous que vos images vont faire sortir la France de son marasme économique.
    Vous prouvez, ici, qu’on peut, avec un stylo, créer des images fines et délicates, belles et originales, juste avec de la sensibilité et du talent, ça n’incite pas les gens à investir dans l’achat d’appareil photo.
    Il fallait que vous le sachiez (et pas seulement dans la colle!)
    Grain de fable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.