VAGABONDAGES (le mouche à mouche)

Comprendre les mouches est un exercice périlleux, il faut prendre du recul et les écouter de loin. Car le langage des mouches est tellement fin et délicat qu’il n’est perceptible par l’homme qu’à une certaine distance.
Hélas, la mouche est un animal grégaire qui s’attache profondément à l’humain sous toutes ses formes Quand il avance, elle avance, s’il se pose, elle s’arrête, et s’il court, elle accélère son vol pour le suivre de près. Et il est pratiquement impossible de converser avec une mouche de loin.
Pour pouvoir prendre la distance nécessaire à la communication, il serait souhaitable que la mouche soit attachée au sillage de quelqu’un d’autre et qu’elle nous laisse à l’écart, mais à ce moment là, nous serions à l’extérieur des relations, étranger aux propos. Et ne nous pourrions entrer en dialogue avec elle. Même au cas où une mouche serait tellement occupée par elle-même qu’elle ne nous verrez pas, il est très rare qu’une mouche parle seule, ou alors quand elle est très âgée et son langage est totalement incompréhensible par l’homme.
C’est pour cela qu’on discute rarement avec les mouches et qu’elles font toujours BZZZZZZ… et rien d’autres.
De quoi prendre la mouche…

5 réponses sur “VAGABONDAGES (le mouche à mouche)”

  1. Air-pur dit :

    C’est très finement observé.
    Enfant, lorsqu’une mouche m’accordait le privilège de sa présence dans ma chambre le soir, je m’amusait à la laisser parler un moment, puis, sans prévenir, j’éteignais en espérant que, brusquement plongée dans le noir, elle se cognât contre les murs. Eh bien non, je n’ai jamais réussi à la surprendre, ce qui prouve nécessairement que si nous, humains, ne les comprenons pas, cela ne signifie pas qu’elles ne lisent pas dans nos pensées…

  2. Air-pur dit :

    Oups! le m’amusaiS.

    Parle nous du mouche à oseille.

  3. grain de fable dit :

    Je pense sincèrement qu’on n’a passé trop de temps à « occulter » les mouches.
    Il est grand temps de leur redonner une place dans nos « vies ».
    Paul

  4. Carlos F. Diez S. dit :

    Bonjour, Grain de Fable, j’ai lu quelques écrits de vous et je voudrais traduire quelqu’uns (volontairement, bien sûr) à l’espagnol par un concours de traduction de la Revue Punto de Partida de l’Université Nationale Autonome du Mexique (UNAM). Si vous êtes intéressé je vous laisse mon e-mail pour entrer en contact dans les plus brefs délais. Merci d’abord.

    ixmcomoohay@yahoo.com.mx

    http://www.literatura.unam.mx
    http://www.puntodepartida.unam.mx

  5. grain de fable dit :

    Avec plaisir Carlos.
    C’est beaucoup d’honneur. Merci. Je vous contacte.
    Grain de fable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.