j’ai dix ans

J’AI DIX ANS

Je suis né par hasard près de l’Adriatique
Mon père avait couvert mon lit blanc de bébé
D’une étoffe imprimée aux anneaux olympiques
Quand l’heure était encore à la fraternité.
.
En ces temps mon pays propageait une flamme
Celle d’égalité, celle de l’amitié
Il avait, ce soir-là, su se donner une âme
Pour hisser dans le ciel le drapeau liberté.
.
Hélas ! Depuis deux ans, c’est celui de l’horreur
Qui pavoise les murs de ma petite ville
Il est déjà bien loin ce moment de bonheur
Où l’allégresse était d’une force tranquille.
.
Aujourd’hui j’ai dix ans et je pleure en silence
Je n’ai plus qu’un seul droit celui de me cacher
Des assassins le soir, comble de l’indécence,
Tireront dans mon dos sans honte sans regret.
.
Je suis encore enfant, je n’ai plus d’avenir
Mon chemin est pavé de peine et de souffrance
Moi l’homme de demain j’aurai des souvenirs
Teintés par le sang pur qu’aura versé l’enfance.
.
Je déteste la nuit et ses tristes cortèges
C’est le feu du canon qui nous dicte sa loi
Je survis simplement pour le calme des trêves
En goûtant ces instants marqués de désarroi.
.

Que faire désormais? Je la tais, ma mémoire,
Je n’ai plus de pays, je n’ai plus de drapeau
Je ne suis qu’un enfant qui cherche son histoire
Sur un sentier perdu près de Sarajevo.
.
Je ne suis qu’un enfant et je n’ai que dix ans
Je souhaite la paix  pour pouvoir à nouveau
Revivre comme hier, revivre comme avant
Du haut de mes dix ans, dans mon Sarajevo.
.

jc blondel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.