Hiver

Hiver

.

Il a neigé toute la nuit

La blancheur recouvre la terre

Et l’on n’entendrait aucun bruit

Si les corbeaux voulaient se taire

.

Nous dégageons avec nos pelles

La porte de notre maison

Puis d’autres tâches nous appellent

Pour lutter contre la saison

.

Le chemin jusqu’au puits creusé

Celui de l’étable est en train

Nous n’irons pas nous reposer

Sans avoir distribué le grain

Aux poules ni calmé la faim

Des vaches qui broyaient du noir

Ainsi le jour tire à sa fin

Quand nous nous arrêtons pour boire

.

Lorsque la neige aura durci

Des skieurs égarés viendront

Ils goûtent notre rhum ici

En route ils mangent nos marrons

.

Le matin nous cassons la glace

Dans des baquets pour trouver l’eau

L’homme rêve à des jours de chasse

La femme reprend son tricot

.

Il neige encor – c’est un déluge

De flocons poussés par le vent

L’enfant qui réclamait sa luge

Trouve ce climat décevant

Car il faut attendre que cesse

La tempête pour s’envoler

Sur des pistes dans cette caisse

Que son grand-père a bricolée

.

Pendant ces mois d’hiver l’ennui

Ronge comme un rat nos cervelles

Dans le silence de la nuit

Qui vient prendre de nos nouvelles ?

.

Nous fermiers nous nous couchons tôt

Pour pouvoir nous lever matin

Nous dormons avec nos manteaux

Près d’un feu qui parfois s’éteint

3 réponses sur “Hiver”

  1. Éclaircie dit :

    La neige à la campagne de nos souvenirs, assez lointains déjà. Un temps que j’aime pour l’autonomie, même avec la souffrance d’un temps dur, et pour ces contacts rares qu’ils prennent toutes leur valeur.
    Des octosyllabes harmonieux pour cette évocation tranquille, pourtant teintée de mélancolie.

  2. Air-pur dit :

    Tu as raison: la neige n’est pas que plaisir. C’est aussi la dureté de la vie quand on élève des animaux dont la survie dépend entièrement de nous, et dont notre revenu dépend aussi. La luge, c’est après… le déluge.

  3. Elisa-R dit :

    Il y a quelque chose d’intime dans ces mots, une autre voix sous la voix connue. Peut-être est-ce moi qui lit autrement. Quoi qu’il en soit, le poème est très beau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.