Et si on se présentait ?

Une idée, encore, mais pas de moi, et très bonne, je trouve.

J’attaque !

je me présente à vous, je suis faite de mots, certains enfouis depuis longtemps, et que je débusque petit à petit, aidée par la lune, vos poèmes et le vent du matin (le soir, je dors).

Une nette préférence pour la poésie surréaliste et intimiste moderne, mais curieuse de tout. En cours de formation pour connaitre et écrire.

Très, très bavarde.

(vous pouvez en bavardage faire votre propre présentation, si le clavier vous chatouille de le faire)

18 replies on “Et si on se présentait ?”

  1. Air-pur dit :

    Ce portrait ressemble énormément à celui que je me faisais de toi. Petite précision: quelle est ta définition du matin? (j’ai l’impression que c’est très élastique…)

  2. Éclaircie dit :

    C’est le terme exact, Air-pur, élastique. Le matin est la portion de temps située entre 0.00h et 12.00h. Et toujours après que j’ai dormi.

  3. 4Z2A84 dit :

    Bonjour. Je suis jeune dans ma tête (tout le monde dit que, concernant l’âge, c’est l’important). Vous ne vous étonnerez pas si je vous dis que j’aime la poésie, la poésie, la poésie et encore la poésie. La lire, l’écrire, en discuter. Parmi les grands poètes dont je ne me lasse jamais figurent Victor Hugo, Arthur Rimbaud, Jules Supervielle, Pierre Reverdy, André Breton, Benjamin Péret.
    Mes modestes compositions je les écris pour la plupart encore sur papier, mais je m’habitue peu à peu à l’écran et il m’arrivera vraisemblablement bientôt d’apprécier autant le clavier que le stylo.
    Que le romantisme et le surréalisme se rejoignent voilà à quoi je travaille dans la joie, en privilégiant les images, le rare voire l’insolite et le cas échéant le rythme.

  4. Elisa-R dit :

    Je suis derrière les deux grands yeux ouverts sur le monde. Je vois, souvent sans comprendre.
    Je suis peut-être celle qui verse les larmes à l’extérieur du corps, comme on vide un seau après le ménage. Dans les maisons, il se fait souvent le samedi. Dans mon corps, il se fait après chaque choc. Cela peut être une guerre offerte, en images, à la télévision; une mort, annoncée dans la nuit éclairée de gyrophares colorés…
    J’aime les mots. Même ébréchés ou fendus, même déposés sur les tas de déchets, ils dessinent des images colorées et vivantes.
    J’ai été élevée par une chatte merveilleuse qui m’a sauvée du néant.
    Je viens de la troisième planète en dessous de la terre. Je n’ai pas encore bien saisi le sens de toutes vos coutumes.
    J’aime Poésie Fertile. C’est un peu l’idée que je me fais de ma planète d’origine…Viendriez-vous du même endroit ?

  5. Dusha dit :

    Trait d’union entre deux terres
    je n’ai pas d’histoire.
    Tant de nervures
    et tant de replis naissent en moi
    que je ne sais pas où je finirai…

    écrit en 1967, ce texte est toujours d’actualité… Je m’étonne chaque jour d’être traversée par tous ces mots que j’écris encore au crayon papier (pour leur odeur d’arbre, de sève) malgré mes 15 ans de pratique du clavier…

    Sinon ? Rien.

  6. Air-pur dit :

    Je viens d’un pays urbain d’où je n’ai nulle joie en souvenir.
    Je viens d’un pays rural d’où j’alimente ma rêverie.
    Jusqu’à mes 60 ans, j’ai vécu une vie contrainte. Depuis, le couvercle laisse s’échapper les mots que j’aime. Je crois en avoir plein à déverser par petites touches. J’aime la poésie simple et qui fait sens. Certes je suis désabusé sur pas mal de sujets, mais je compte sur mon âme de poète pour rester debout.

  7. Éclaircie dit :

    Enchantée de vous connaître, 4z, Elisa, Dusha, Air-pur. Vous me semblez bien ..poètes !

  8. Aquae Sidonie dit :

    Amusementheuse publique numéro Z.

  9. Éclaircie dit :

    Aquae Sidonie, je le savais , avant que tu ne l’écrives. Le petit goût de menthe est particulièrement rafraîchissant dans la chaleur de l’hiver (dans l’âtre, bien sûr) comme dans la froidure de l’été (sur la banquise) le sourire réconforte. Nous saurons apprécier et nous amuser.

  10. Éclaircie dit :

    Bonjour je vous présente Orange,
    Orange
    orange

    bleue comme la terre…mais chut Orange arrive, écoutons la……

  11. Heliomel dit :

    Il parait que je suis un contemplatif (Oulra m’a ouvert les yeux)
    Comme Air-Pur, j’aime la nature, comme Elisa je ne sais pas d’où je viens et comme 4Z je suis jeune dans ma tête.
    J’écris quand dort Eclaircie, je dors quand elle écrit mais on se rencontre toujours sur les chemins de la poésie, bon je retourne voir mes nigelles et mes rudbekias, il fait un temps merveilleux à mettre un poète sur la margelle d’un puits. Comme Air-Pur l’a fait, je publie un livre chez Edilivre qui sortira le mois prochain, je crois, je vous livre le titre histoire de vous faire rêver?  » Mémoires d’escalier’ un cauchemar pour les déménageurs! Bien à vous.

  12. Éclaircie dit :

    Mais comment diable Héliomel, fais-tu pour te présenter sans écrire, je te connais comme tu le dis depuis ….longtemps, .
    Avais-je rêvé ce mot du 29.05.2011 ?

    Il a oublié de vous dire…c’est vous dire, qu’il est…étourdi !

    Un titre qui m’effraie déjà. J’espère que tu n’as pas rencontré pour ta documentation le mien, d’escalier. Bon vent à lui-au livre. Bon , ok tu as écrit juin, c’est pour ça que l’éditeur ne veut pas me le montrer, ce n’est pas que l’escalier soit fantôme.
    (sous Michel Fauchon ?)

  13. 4Z2A84 dit :

    Pour vous saluer, je soulève mon chapeau haut-de-forme. Mais de ce chapeau ne sortent ni des lapins ni des colombes comme l’espéraient les renards et les chats. Ce qui s’en échappe ressemble à ces ronds de fumée que les fumeurs habiles exhalent. Il ne s’agit pas d’auréoles ! Les cercles flottants changent de forme, ils deviennent peu à peu des lettres; elles se donnent la main et tracent dans l’espace les premiers mots du poème. Seuls les courants d’air les brouillent et les chassent. C’est pourquoi nous ouvrons si doucement nos portes et nos fenêtres au vent coulis qui cherche à entrer et s’impatiente comme une flûte privée de joueur.

  14. Orange dit :

    Je suis Orange, je vis en Espagne depuis quelques années déjà, je suis bilingue et compose dans les deux langues. Depuis que j’ai l’âge d’écrire, je vibre par les mots, et je suis poète pratiquante. J’ai été bercée par Ferrat, Brel et Brassens, j’ai vite découvert Aragon, Eluard, j’adore la poésie Argentine, mon poète préféré est Roberto Juarroz ( Poésies Verticales) J’aime l’écriture de Stefan Zweig, Herman Hesse, Bobin plus récemment. J’ai eu ma période Bukowski qui dure encore, Oliveiro Girondo ( un autre argentin)…
    Je rentre en poésie comme dans une espèce de transe hallucinatoire, je reçois des visions et j’essaie de les retranscrire au rythme d’une musique intérieure…La poésie pour moi, est une façon de repousser les limites de l’entendement, une passerelle qui permet parfois d’entrevoir l’autre côté du miroir, une transcendance…
    Voila, j’espère que tout cela n’est pas trop décousu.
    A bientôt
    Orange

  15. Éclaircie dit :

    Orange, ici, on ne coud qu’à sa propre manière et toutes les broderies sont bonnes à lire même les plus « grossiers » ravaudages.

    je suis particulièrement sensible à cette présentation, car hormis mon inculture (je ne connais presque aucun auteur étranger que tu cites) je vis la poésie comme toi, c’est la lune qui dicte.

    Bonjour à tous, oui, je me lève, non , je ne suis pas raisonnable , mais est-on raisonnable quand on a 55 ans ?

  16. Elisa Romain dit :

    Vos présentations me donnent envie de vous parler d’un site
    « www.prom-auteurs.net ». Vous y trouverez des idées de lecture mais aussi une proposition de concours ouvert aux poésies comme vous les aimez. Je ne sais pas ce que l’on gagne, sans doute le plaisir d’écrire.

    Bon amusement.

  17. Éclaircie dit :

    elisa, je me suis précipitée, sûre de voir ton visage apparaître dans ce site, et déçue je ne t’ai pas vue, mais je reviendrai, je reviendrai…

    Des concours, c’est gentil de proposer, pour moi, toute contrainte (de temps sujet nombre de mots..etc) est un frein.
    Si tu participes fais nous signes (j’avais beaucoup aimé « Targus »
    dont ke fais ici un copié/collé :
    voir en première page….hihihi.

  18. Elisa Romain dit :

    Il ne me semble pas avoir vu de contraintes. Juste le plaisir d’écrire et d’éclabousser le monde de l’écriture d’une salutaire liberté.

    Merci encore pour mon petit Targus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.