Entre chien et loup

Entre chien et loup

.

Un décor au fusain

au noir envahissant

les ombres allongées

vont déjà disparaître

s’éclairent les fenêtres

.

Un soupir suspendu

à l’orée de la nuit

retenu dans le vide

entre jour de labeur

et repos mérité

.

Une angoisse fébrile

héritage ancestral

de peur inexpliquée,

de crainte fugitive

que l’on n’ose avouer

.

Cet instant funambule

où notre âme indécise

entre les ors du jour

et l’argent de la lune

ne sait où se poser

.

Ce moment incertain

où besoin de refuge

fait clore les volets,

je l’aime et je le crains…

Mystérieux crépuscule !

.

Frangine

5 replies on “Entre chien et loup”

  1. Air-pur dit :

    Dans une autre vie, j’avais composé ce petit sonnet:

    Entre chien et loup.

    C’est entre chien et loup, à l’heure où se confondent
    Aujourd’hui et demain, où le temps disparaît,
    Où les brumes légères montent des marais
    Que les grands-ducs enfin s’appellent, se répondent.

    En cet instant précis, avant la nuit profonde
    Le vent tombe et s’endort et la lune apparaît
    Vêtue d’un blanc soyeux et de fins lisérés
    Brodent les nuages que sa lumière inonde.

    La paix revient au cœur de l’homme fatigué.
    Il dépose les armes: il a trop divagué.
    La nuit, comme une amie, vient à sa rencontre

    Lui ouvre grand les bras, l’accueille dans son lit,
    À moins que ce ne soit la mort et son oubli,
    Et lui dit: maintenant, tu peux ôter ta montre!

    « je l’aime et je le crains » dis-tu: la nuit est souvent associée à l’idée de mort.

  2. Éclaircie dit :

    Belle musique de ‘presque’ nuit, Frangine. Avec un beau décor et cette peur indicible, irrationnelle.Comme on craint l’automne, dans le même esprit.
    Air-Pur tu transcris bien aussi, ces sentiments mitigés.(y’a un vers ou deux qui me semblent moins harmonieux)

  3. Elisa-R dit :

    Un moment joliment décrit, comme chuchoté, que l’on partage avec émotion et plaisir.

  4. Orgue-rouge dit :

    Belle description de cet instant solennel où le jour bascule.

  5. 4Z2A84 dit :

    Il y a deux crépuscules : celui du soir et celui du matin. Tous les deux ont leur charme.
    J’aime les vers mesurés blancs (non rimés).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.